Le prénom Ahmed Masculin

Origine :

Fête :

21 Août

Signification de Ahmed

Les Ahmed sont réputés pour leur grande méfiance et les difficultés qu’ils éprouvent à entretenir les rapports humains. Il faut mieux les connaître pour déceler en eux une grande sensibilité et un manque de confiance en soi. Cette carapace signée Ahmed se brise naturellement au moment où l’homme se sent bien et en confiance. À ce moment-là, il dévoile une autre facette de sa personnalité : un Ahmed joyeux et sympathique.
Il existe plusieurs personnes célèbres se dénommant Ahmed, telles que l’écrivain marocain Ahmed Sefriouri et les politiciens Ahmed Ben Bella, Ahmed Messali Hadj, Ahmed Sekoutoure et Ahmed Sukrano.

Personnalité de Ahmed

Ce sont des êtres pleins de malices qui adorent avoir un auditoire. Bavards, amusants, ils ont aussi le sens du commerce et sont doués pour les affaires. Ce sont des êtres simples, adeptes du bon sens, travailleurs, ils font beaucoup pour mériter leur bonheur. La vie de famille tient une place importante dans leur vie.

Provenance du prénom Ahmed

Histoire de Ahmed

Etymologie de Ahmed

Les Ahmed célèbres

  • Ahmed CHEHAB-EDDYN : natif de Fez, est auteur d'un Abrégé de l'Histoire universelle, divisé en 5 parties; la Ire est consacrée à l'histoire ancienne, depuis la création du monde jusqu'à Mahomet ; la 2e n'a pour objet que la vie de ce législateur, et enfin la 5 contient l'histoire des temps postérieurs, jusqu'au son de la dernière trompette. L'auteur termine en effet son ouvrage par un traité des signes qui doivent précéder et annoncer ce grand événement. Silvestre de Salt a donné, dans le t. 2 des Notices et Extraits des manuscrits, un extrait fort long de Cet abrégé historique, qui se trouve à.la bibliothèque royale. ChehabEddyn vivait dans le 9' siècle de l'hégire . JN.
  • Ahmed DJEZZAR : le Bouclier, digne surnom sous lequel est connu un fameux pacha d'Acre et de Saïde. Cet homme, vraiment extraordinaire pour sa cruauté, était né en Bosnie. S'étant vendu luimême, dans sa jeunesse, à un marchand d'esclaves, il fut conduit en Égypte, et acheté par le célèbre AliBey , et, d'esclave mamelouk, il parvint à la dignité de gouverneur du Caire. En 1773, après les désastres d'AliBey, son patron, l'émir Yousouf lui donna le gouvernement de Beyrout h. ville de Syrie. A peine futil entré en posses;ion de cette dignité,gu'oubliant toute reconnaissance, il s'empara de 50,000 piastres qui appartenaient au prince Yousouf, et déclara ne reconnaître d'autre maître que le sultan. Yousouf, irrité de la perfidie Djezzar, et de la protection tacite que lui accordait le pacha de Damas, fit alliance avec Dhaher et les Russes; et vint assiégerBeyronth par terre, tandis que la flotte russe la bombardait par mer. Djezzar ne put résister à cette double attaque : il se remit entre les mains de Dhaher, le suivit à Acre, etS'en échappa promptement. Après la mort de Dhaher, en 1 775, Hassan, capitanpacha, établit Djezzar pacha d'Acre et de Saïde, et le chargea du soin d'achever la ruine des rebelles. Fidèle à cet ordre, il détruisit, par la force ou la ruse, la famille du chéik, réprima les Bédouins de Sagr, abaissa les Druzes et anéantit presque tous les Motoualis. Ces succès lui valurent de nouvelles faveurs de la Porte. Vers l'année 1784 ou 1785, il reçut les trois queues et le titre de .• izi r. Son pachalik, par les divers accroissements qu'il obtint, embrassait tout le terrain compris depuis le Nain.- elkelb jusqu'au sud de Caissarieh, entre la Méditerranée à l'ouest, l'AntiLiban etle cours supérieur du Jourdain à l'est, et comprenait ainsi les plaines fertiles d'Acre, d*Ezdrelon, de Soin•, de Moulé!) et le bas Bécaah. Les relations de Djezzar et de la Porte se terminèrent comme il arrive toujours en pareil cas : le divan prit ombrage de la fortune du pacha, s'alarma de son humeur entreprenante; de son côté, le pacha usa de toutes les ruses et supercheries possibles, pour se garantir de sa perte, et sut conserver son gouvernement jusqu'à sa mort. Il exerçait depuis vingt ans les plus horribles vexations sur les habitants de la Syrie, lorsque l'armée française arriva en Égypte. Cet homme féroce ne reconnaissait plus, depuis longtemps, l'autorité de la Porte, et n'attendit point ses ordres pour se déclarer contre les Français : l'officier que Bonaparte lui envoya fut congédié sans réponse, et les F•ançais qui se trouvaient à Acre furent .jetés dans les fers. Cependant, la Porte l'avant éleva à la dignité de pacha d'Égypte, il fit les préparatifs qu'exigeait cette expédition. Battu, chassé de toutes ses places, il se retira à SIJeand'Acre, et songeait même à l'abandonner: SidneySmith ranima son courage : Pelippeaux, officier français émigré, se chargea de la défense de la place, en rétablit ou en disposa les fortifications, et, après avoir prouvé ce que peut le génie contre la force, il obligea les Français à lever le siége, au bout de soixante et un jours de tranchée, le 21 mai 1799. Pendant ce siège, Djezzar lit plusieurs sorties où il déploya une rare valeur. Lorsque le grand vizir arriva en Sy rie, vers la fin de la même année, il s'éleva entre lui et le pacha des querelles si violentes, que leur armée finit par en venir aux mains et se livrer plusieurs combats sanglants, ce qui retarda l'expédition contre l'Égypte. Djezzar mourut en mai 1801, laissant des trésors immenses. Nous rapporterons ici le portrait qu'un voyageur anglais, qui Nisita Acre en 1891, fait de ce ..pacha ; il contient plusieurs traits qui le feront bien ilronnaitre « Djezzar était à la fois son ministre, « son chancelier, son trésorier et son secrétaire, « soin ent même son cuisinier et son jardinier, et « quelquefois juge et bourreau... L'intérieur du « harem de Djezzar était inaccessible à tout le « monde, excepté à lui. On ne connaissait point le « nombre de ses femmes; celles qui entraient une « fois dans cette prison mystérieuse étaient per- « dues pour le monde : on n'en entendait plus « parler. On leur envoyait le dîner par un tour à « l'entrée du harem : si l'une d'elles tombait via- « Jade, Djezzar amenait un médein à cette Ot1N er- « turc; la malade présentait son bras pour que le « médecin tâtât sun pouls ; ensuite le tyran la ra« menait, et personne ne saN ait ce que devenait la « malade. Dans les antichambres, on voyait des « domestiques mutilés de toutes les manières': l'un « avait perdu une oreille, l'autre un bras, l'autre « 1t11 œil. Les Anglais furent annoncés par un juif, « jadis son secrétaire, qui avait payé une indiscré- « tion par la perte d'une oreille et d'un oeil. Après « un pèlerinage de la Mecque, Djezzar tua de sa « main sept femmes de son harem, soupçonnées «d'infidélité. Il avait soixante ans ; mais sa vigueur « était encore celle d'un homme dans la force de « l'âge. Nous le trouvâmes assis sur une natte dans « une chambre sans meubles; il portait le vête- « ment d'un simple Arabe, et sa barbe blanche Xl. « descendait sur sa poitrine. Dans sa ceinture, il « portait un poignard garni de diamants, comme « marque d'honneur de son gouvernement. Quand « nous entrâmes, il était occupé à tracer, avec son « ingénieur, des plans de fortifications sur le sol : « il acheva cette occupation avant de nous parler. « Lorsque son ingénieur fut parti, il eut avec nous « une longue conversation, pendant laquelle il dé- « coupait avec des ciseaux toutes sortes de figures « en papier : c'était son occupation toutes les fois « qu'on lui présentait des étrangers. Il donna au « capitaine Culverhouse un canon de papier, en lui « disant : Voilà le symbole de votre profession. « Toute sa conversation était en allégories, para- « boles et images. » Nous pourrions rapporter ici plusieurs traits de la barbarie de ce pacha, qui se glorifiait du surnom de Djezzar, et s'efforçait d'en justifier l'application. Le baron de Toit nous apprend qu'il fit murer quantité de personnes du rit grec, lorsque, pour défendre Beyrouth de l'invasion des Russes, il en fit reconstruire l'enceinte. Lors de son voyage sur les côtes de Syrie, on voyait encore les tètes de ces malheureuses Nictiines, que le bouclier avait laissées à découvert afin de mieux jouir de leurs tourments. Le go 'ment français voulant rétablir ses rapports -.iierciaux ec le Levant, chargea Sébastiani, alors colonel, d'une mission auprès de cc pacha. Djezzar l'accueillit favorablement. « Savezvous, ditil à l'envoyé, « pourquoi je vous reçois et j'ai du plaisir à vous « voir ? C'est parce que vous venez sans firman; je · ne fais] aucun cas des ordres du divan, et j'ai « le plus profond mépris pour son vizir borgne.Ou « dit que Djezzar est un Bosnien cruel, un homme « de rien; mais en attendant je n'ai besoin de per- « sonne, et l'on nie recherche. Je suis né pauvre; · mon pète ne m'a légué que son courage. le me « suis élevé à force de travaux ; mais cela ne me · donne pas d'orgueil : car tout finit, et aujour- « d'hui peut-être, ou demain Djezzar finira, non « pas qu'il soit vieux, comme le disent ses enne- « mis , « mais parce que Dieu l'a ainsi ordonné. Le roi de « France, qui était puissant, a péri; Nabuchodo- « nosor, le plus grand roi de son temps, a été tué « par un moucheron, etc
  • Ahmed NOUR-EDDIN : fils d'Hassan Ali Zenbel Almoali , docteur chaféite. Le manuscrit de la Bibliothèque bodléienne coté 892 contient un grand ouvrage géographique de sa composition, divisé en dix livres, intitulé Préœnts oftérts aux rois. L'auteur traite dans sa préface de la terre et de ses divisions, et dans le corps de l'ouvrage des différents pays du monde, des mers, des îles, des fleuves, des animaux, des plantes, des religions, des longitudes, des latitudes et de la conformation du monde
  • Ahmed RAWENDY : absurde que fût cette doctrine, elle ne laissa pas de trouver de nombreux partisans, connus sous le nom de Rawendyéh. De sectaires ils devinrent factieux et furent combattus par le même Mansour, objet de leur basse flatterie. Rawendy n'en était pas moins un savant distingué et un habile grammairien. Outre plusieurs ouvrages qu'il composa pour soutenir ses extravagants pr cipes qui attaquaient la religion de Mahomet, il a écrit sur la langue arabe, dans laquelle il a introduit quelques règles. il mourut en 293 de l'hégire
  • Ahmed BEN BELLA : politicien
  • Ahmed MESSALI HADJ : politicien
  • Ahmed SEKOUTOURE : politicien
  • Ahmed SUKARNO : politicien

Ahmed année par année

Signe astrologique de Ahmed

Couleur de Ahmed

Pierre précieuse de Ahmed

Chiffre de Ahmed

Métal de Ahmed