Histoire de Winnoc

Breton, Winnoc (ou Gwennnoc) va frapper à la porte du monastère de Sithiu, aujourd'hui Saint-Omer, en Artois, et se place sous la direction spirituelle de l'abbé, saint Bertin, avec ses trois compagnons de voyage, vers le milieu du 7e s. Puis il fonde un prieuré à Wormhoudt, dans le pays de Thérouanne (Flandre) et se sanctifie au milieu de ses moines, tout dévoué au service de Dieu et des pauvres. Devenu vieux il insiste pour participer aux travaux manuels comme tous ses frères, mais le Seigneur a pitié de lui et s'arrange pour que l'ouvrage avance pendant les extases de Winnoc, dit son biographe. Mort le 6 novembre 717, le saint moine est enseveli à Saint-Martin. Vers 900, ses restes sont transférés à Bergues, près de Dunkerque, où un monastère est bâti en son honneur. Saint Winnoc est le patron des meuniers et l'éponyme de plusieurs localités en Flandre, en Bretagne et en Galles.

Etymologie de Winnoc

celtique : de gwenn, blanc, heureux.