Histoire de Tipase

Ayant servi dans l'armée romaine, Tipase prend sa retraite et se fixe en Mauritanie pour y vivre dans la prière et la contemplation des mystères de Dieu à l'instar de nombreux anachorètes, au 3e s. Comme beaucoup d'autres vétérans, il est rappelé sous Maximien mais se déclare chrétien et refuse de combattre. Furieux, l'empereur le menace de la peine capitale. Tipase lui prédit une série de victoires et se retrouve en prison en attendant la réalisation de sa prédiction. Il est alors libéré, félicité publiquement et s'en retourne dans son désert. Inquiété de nouveau sous Dioclétien, au début du 4e s., l'ermite refuse toujours de reprendre du service et confirme son appartenance au Christ devant Claudius, le gouverneur de la province de Mauritanie. N'ayant plus rien d'heureux à annoncer, il est décapité à Tigava et, autour de son tombeau, sont constatés plusieurs miracles qui fondent le culte de saint Tipase.

Etymologie de Tipase

latine : de Tipasius, patronyme d'un personnage originaire de Tipaza, en Afrique du nord.