Le prénom Ulysse Masculin

Origine :

Fête :

10 Novembre

Signification de Ulysse

Ulysse est un prénom masculin relativement déprécié des parents malgré sa réputation légendaire.
Courage et bravoure peuvent définir les Ulysse qui font preuve d’une forte personnalité. Obstinés et déterminés, ils mènent toujours leurs investigations à leur terme. Leur tempérament ferme et méfiant peut tromper leur entourage car ils se révèlent être des personnes sensibles et agréables.
Plusieurs dérivés d’Ulysse existent dont Ulisse (italien), Ulyxes, Ulisses (anglais) et Ulyssyses (grec). Ce prénom était attribué à près de 278 enfants en 2005 et la moyenne d’âge des Ulysse est de 20 ans en 2010.
Parmi ceux qui ont illustré le prénom Ulysse figurent Ulysse Grant (Président des USA), Ulysse Chevalier (érudit français) et Ulysse Gosset (écrivain et journaliste français).

Personnalité de Ulysse

Ils dégagent un sentiment de force et de puissance. Intransigeants avec la morale et la justice, ils refusent les demi-mesures. Ils sont dynamiques, actifs, volontaires et têtus. Ce sont des hommes de conviction, durs à la tâche. Leur courage moral et physique sont indéniables. En amour, ils sont prêts à toutes les folies, car ce sont des passionnés.

Provenance du prénom Ulysse

Histoire de Ulysse

Etymologie de Ulysse

Les Ulysse célèbres

  • Ulysse MONROE : noble écossais d'une bravoure et d'une probité reconnues, se signala par son dévouement aux intérêts de Charles Pr en Ecosse et en Irlande. En 1648, le parlement d'Ecosse , désirant arracher le roi des mains de Cromwell, ordonna l'armement de 40,000 hommes et le rappel de Monroe , qui s'était déjà réuni avec un corps considérable d'Ecossais à Eugène O'Neile , général du parti royaliste en friande. Le commandement de l'armée écossaise fut confié au duc d'Hamilton. Arrivé sur les frontières de l'Angleterre , Hamilton ordonna à Monroe de s'arrêter dans le Westmorland , et se porta dans le comté de Lancastre avec les troupes dont il s'était réservé le commandement , imprudence qui eut pour la cause royale les résultats les plus funestes. Attaqué à l'improviste par Cromwell , près de la ville de Preston , le duc fut réduit à se livrer, lui et son armée, à la discrétion du vainqueur. Par suite de cette honteuse défaite , Monroe et les troupes sous ses ordres furent rappelés en Ecosse , et le comte de Lanerik , malgré les doutes déjà élevés sur la sincérité de son dévouement , succéda au duc d'Hamilton , son frère, dans le commandement de l'armée. Ses magnifiques promesses ayant dissipé les préventions qui existaient contre lui, la plupart des chefs de clan ou tribu et d'autres seigneurs royalistes se réunirent à son armée, qui s'avança sur Edimbourg, où le duc d'Argyle, chef des rebelles , avait rassemblé ses partisans. Monroe, à la tète de l'avant- garde* composée de vieilles troupes irlandaises , attaqua l'ennemi à Musseiburg , lui tua beaucoup de monde et mit le reste en fuite. Encouragés par ce premier succès, les Ecossais demandèrent à grands cris à poursuivre leurs avantages; mais Lanerik ordonna de marcher sur Stirling. Monroe résolut Quelques biographes l'ont supposé petitfils de Monro l'anatomiste : l'anachronisme est évident. Jean était petit- fils d'un autre Alexandre. Morio, principal de l'université d'Edimbourg, nommé par Jacques II, en 1888, évê pie des Orcades, et retiré à Londres bientôt après, lorsque l'avénement du roi Guillaume l'eut forcé de quitter ce siége. dès lors de déjouer les intrigues mal déguisées de son général, ou du moins de les exposer clairement à tous les yeux. L'avantgarde écossaise touchait à peine à la tour de Wallace , que, sans attendre le reste de l'armée, l'intrépide Monroe se porte avec une poignée de soldats vers Stirling , où le duc d'Argyle venait de se jeter avec un renfort de 700 hommes. Il se rend maître de la place par le coup de main le plus hardi : toute la garnison est tuée ou faite prisonnière , et Argyle luimême n'échappe qu'avec peine à la poursuite de Monroe. Dès cet instant il n'y eut plus de doute sur les intentions de Lanerik ; celuici ne songea plus qu'à faire sa paix. Cette brave armée, la dernière espérance du parti royaliste , fut licenciée , et l'on stipula que Monroe et ses Irlandais seraient obligés , sous peine de mort, de quitter l'Ecosse. Monroe se retira donc de nouveau en Irlande, où ses efforts, ceux du marquis d'Ormond et les tentatives de Montrose sur l'Ecosse retardèrent quelque temps encore la chute du parti royaliste , déjà affaibli par la mort du général O'Neile. Mais la faction de Cromwell ayant enfin entièrement prévalu, Monroe fut proscrit, dégradé de son nom et de ses titres, et dépouillé de ses biens. La révolution de 1660, qui replaça Charles II sur le trône de ses ancètres , ayant été opérée par ceux mêmes qui avaient suivi le parti de Cromwell , n'apporta que peu de changements dans la situation des royalistes catholiques. Ulysse Monroe avait épousé Marie Bradie , d'une maison d'Ultonie ; son fils aîné, qui ne s'appelait plus qu'Eugène Roë, épousa Catherine O'Rely dont il eut deux fils , Edmond et Charles. Edmond fut garde du corps du roi Jacques II. Lors de la révolution de 1688 , qui précipita de nouveau les Stuarts du trône d'Angleterre, Edmond fit déclarer sa compagnie en faveur du malheureux monarque ; mais surpris par les partisans du prince d'Orange, il fut enfermé dans la tour de Londres où il resta longtemps. Parvenu à s'échapper de sa prison, il erra pendant plusieurs années dans les trois royaumes, et finit par se réfugier en Lorraine, où son frère Charles lui céda sa place d'officier dans les gardes du corps du duc Léopold. — Otaries, le plus jeune des deux frères , naquit en 1674 au château d'OldCastel , que ses parents possédaient dans le comté de Meath en Irlande. Trèsjeune encore, il suivit la fortune de Jacques II, qu'il accompagna en France. Lorsque la paix de Ryswick eut amené en 1698 le licenciement des régiments irlandais, Charles Roë fut appelé en Lorraine par le comte de Carlingfort , son compatriote , qui venait de prendre possession du duché, et qui y commandait au nom du duc Léopold. — Deux de ses petitsfils, après avoir servi avec distinction dans les troupes impériales, parvinrent au grade de généralmajor et moururent en 1801 et 1816
  • Ulysse Chevalier : érudit français
  • Ulysse Delecluse : clarinettiste français
  • Ulysse Gosset : journaliste et écrivain français
  • Ulysse : héros du poème attribué à Homère

Ulysse année par année

Signe astrologique de Ulysse

Couleur de Ulysse

Pierre précieuse de Ulysse

Chiffre de Ulysse

Métal de Ulysse