Le prénom Franck Masculin

Origine :

Fête :

24 Janvier

Signification de Franck

« Franck » partage la même étymologie que le prénom germanique Frank. Il est porté par un grand nombre de célébrités françaises notamment Franck Fernandel, Franck Braley, Franck Ribéry ou encore Franck Dubosc. Ce prénom est également populaire dans d’autres pays et est porté par des personnalités comme Franck Zappa, Franck Sinatra et Franck LIoyd Wright. Les Franck sont célébrés tous les 4 octobre en hommage à Saint Franck. Ce prénom se retrouve très fréquemment en Allemagne et au Royaume-Uni, et dans une moindre mesure en France. Il a un diminutif très courant et facile à prononcer : « Franckie ».

Personnalité de Franck

D'une franchise absolue allant jusqu'à l'indélicatesse, ils sont généralement têtus, obstinés et courageux. Ils travaillent plus par raison que par enthousiasme, mais sont très perspicaces. Ils ont parfois tendance à négliger leur entourage pour ne s'intéresser qu'à leurs affaires. D'une morale scrupuleuse, ils sont tolérants. Bons vivants, bavards, ce sont des hommes fidèles.

Provenance du prénom Franck

Histoire de Franck

Etymologie de Franck

Les Franck célèbres

  • Franck SAYER( 1763) : poëte anglais, naquit à Londres le 3 mars 1763. Ayant perdu son père de bonne heure, il ne reçut point une éducation régulière ; et, après avoir ébauché ses études à Yarmouth, où sa mère s'était retirée pour être au sein de sa famille, puis à NorthWalsham, où il eut entre autres condisciples Nelson, du reste beaucoup plus àgé que lui, et enfin à Palgrave, où Barbauld, le mari d'une des Saphos de l'époque, la gracieuse miss Ltetitia Aikin , cumulait avec le titre de prédicateur d'une chapelle de dissidents les maigres profits d'une petite pension, il fut placé dans une maison de commerce à Yarmouth même. La régularité, le formalisme de cette nouvelle existence lui déplurent singulièrement, et, son aïeul maternel lui ayant laissé un bien rural de cent trente acres à peu près, il profita de sa majorité pour dire adieu au comp- toir et pour se mettre en devoir de vivre un jour en gentleman farmer. Toutefois étant dépourvu des premières notions de l'agriculture, il alla se mettre comme en apprentissage chez un habile cultivateur d'Oulton de rente, et un mot aurait suffi à Sayer pour se voir assurer cette position. Il ne le voulut pas ; et si, comme on le dit, son refus eut pour cause l'attachement qu'il profes- sait pour le méthodisme, on ne peut que donner des éloges à son désintéressement. Nous ne dissimulerons pas pourtant que sous plus d'un rapport il n'eût agi fort sagement en acceptant ; et puisque , en fin de compte et sans avantage aucun, il en int à répudier sa foi première pour embrasser la doctrine anglicane, il est fâcheux pour lui que cette conversion n'ait pas eu lieu plus tôt. Quoi qu'il en soit, peu de temps après, il annonçait à sa mère qu'il allait étudier la médecine ou plutôt la chirurgie ; et dans ce but, après avoir vendu son domaine, il se rendit d'abord à Londres, où il eut pour maitres Cruickshank, Baillie, Hunter, puis à Edimbourg, dont il s'absenta plus d'une fois pour se livrer à des pèlerinages poétiques, bien plus dans ses goûts que les études profes- sionnelles, et finalement en Hollande. Il avait songé d'abord à se faire recevoir docteur à Leyde; mais les règlements de l'université ne permettaient de conférer ce grade qu'au bout d'un séjour plus long que celui qu'il comptait y faire, ou peut-être n'étaitil pas de force à supporter des examens un peu sévères. Heureusement il y en avait une autre tout près de là, celle d'fiarderwick, laquelle ne faisait pas grande figure ' entre Leyde et Franeker, mais où l'on était plus , coulant. C'est là que Sayer se vit décoré du titre auquel il aspirait. Nous disons le titre, car chemin faisant, et même avant d'avoir quitté l'école, il avait reconnu que sa vocation pour la chirurgie avait été une illusion comme toutes les autres ; il était venu à bout de surmonter son , .dégoût pour la dissection ; mais les opérations 11:e irurgicales agissaient trop violemment sur sa nsibilité pour qu'il pût s'y décider. Evidem- nt Sayer aurait été fort à plaindre s'il eût été . ans la nécessité de subvenir à ses besoins par ses gains. Mais dès ce moment le peu qu'il avait suffisait pour le mettre à l'abti d'une obligation trop pesante pour lui ; et à mesure qu'il avança dans la vie, divers héritages, toujours modiques il est vrai, vinrent ajouter à son bien-être. Il put donc se laisser aller à ses goûts de rêverie et de poésie. Il avait étudié hi littérature ou plutôt les littératures, et principalement certaines d'entre elles avec amour : la primitive tragédie grecque avec ses choeurs, le lyrisme de Klopstock, la mythologie et les sagas de l'Islande, les vieilles ballades de la GrandeBretagne avaient frappé son imagination et allumé en lui un vif enthousiasme. Il avait mème quelque temps cru en Ossian, mais les observations qu'il fit pendant une de ses traversées en Ecosse le guérirent de cette idée, et de la part d'un jeune homme peu expérimenté encore cette promptitude à sortir de l'erreur prouve du tact. Libre désormais de préoccupations, Sayer se sentit le besoin de fondre en une œuvre d'art toutes les idées, toutes les impressions que ses lectures favorites avaient éveillées en lui. De là les Esquisses dramatiques qu'il publia en 1790 et qui furent reçues avec applaudissement, sinon par la foule, du moins par les connaisseurs, par les lecteurs d'élite. En Allemagne surtout son ouvrage plut : singulièrement, et dès ce moment le poële fut classé parmi les notabilités de l'époque. Futce un bien pour sa réputation? On ne saurait le dire. Sayer depuis ce temps ne déploya pas une grande activité, d'où l'on a conclu que si le succès ne l'avait pas comme endormi, le désir de la _ gloire l'eût aiguillonné davantage. A nos yeux, - rien n'est moins clair. Sayer sans doute était ,ine nature poétique, mais c'était une nature paresseuse, c'était surtout une nature exclusive et ,nonotone. Dominé, pris tout entier par certaines ,npressions, il était comme inaccessible à toutes les autres, quoique hautement poétiques ou pittoresques. Ainsi forcloses , ces impressions nouvelles n'auraient donc pu trouver en lui un interprète passionné, original ; aussi ne sommesnous pas étonné que le reste de sa vie se soit passé surtout à corriger, à limer son premier ouvrage, et que peu à peu, après avoir semblé prédestiné à prendre un haut rang dans la pléiade contemporaine, il soit presque tombé dans l'oubli. Son existence provinciale contribuait d'ailleurs à cette nonchalance de son esprit et à cette éclipse de son nom. Les quarante dernières années de la vie de Sayer se passèrent sans événements mémorables autres que sa conversion à l'anglicanisme et son entrée dans les ordres. Toutefois il ne voulut point de bénéfices. Les recherches d'antiquité, d'architecture, d'histoire et quelques pièces fugitives, qu'il envoyait de temps en temps à la Revue d'Edimbourg, étaient ses plus graves occupations. Il mourut le 16 aotit 1816. Ses amis perdirent en lui un joyeux et ai-, malle compagnon, et un des hommes dont la conversation avait le plus de charme. Il n'avait pas la fougue petillante, l'intarissable verve de , Coleridge ; mais il intéressait, il instruisait, il amusait, et l'on sortait d'à côté de lui la tète moins fatiguée, les idées plus en ordre que lorsqu'on avait vu se déployer le chaos fantasmagorique du célèbre causeur de Londres. Les OEu- rres complètes de Say er ont été publiées par son ami Taylor avec sa vie fort détaillée . Elles se composent P des Esquisses dramatiques déjà citées, et qui parurent en 1790 2. édit., 1792 , 2 vol. 3. édit., 1803 ; 2. de Poésies direrses, qu'il avait publiées sous le titre de iVugœ poeticœ, *803; 30 des Recherches métaphysiques et littéraires ; 4o enfin de Mélanges d'antiquité et d'histoire , 1805. Ses Esquisses sont au nombre de quatre , parmi lesquelles Moine et Starno sont les principales. Les sujets en sont plus que simples, et comparativement aux canevas de Sayer, ceux d'Eschyk, sont des imbroglios trèscompliqués. A vrai dire, il ne faut y voir, en dépit du titre donné par l'auteur, que des dialogues ou monologues lyriques. Le style en est remarquable par la vigueur, par les images, par la noblesse ; on v reconnaît facilement l'admirateur de Dryden. 'Mais les caractères sont peu développés, les péripéties généralement sont: nulles. Toutefois il faut en excepter, dans Aloïna, le moment où l'héroïne, qu'on croit désormais libre par la mort d'Harold et sûre par conséquent de devenir, grAce à son veuvage, l'épouse de Carill, son ancien fiancé, entend le choeur lui révéler que la loi des Scandinaves est que la veuve soit ensevelie avec son mari. Les vers de Sayer , inème ceux où domine le lyrisme, et qui ont moins des dix syllabes habituelles pour le vers épique et le vers tragique, sont sans rime. L'harmonie, il faut l'avouer, en dépit de tout ce qu'on peut alléguer à l'appui de ce système, n'en est pas suffisamment riche et saisissante. Toutefois, il ne faudrait pas, en s'écartant de l'avis des admirateurs de notre poëte, passer à l'extrême contraire et nier qu'il n'y ait du rhythme dans sa versifica- tion lyrique. On a beaucoup abusé du vers blanc chez tous les peuples qui l'admettent, et surtout du vers blanc audessous de dix syllabes et du vers blanc irrégulier. Milton luimême, en Angleterre, a bien des fois péché contre le nombre dans le Samson Dayoniste, et Glover, dans sa . 1Iédée, a bien moins réussi encore avec plus de prétentions. Il est vrai que Collins, dans son Ode au soir, avait donné un exemple tout contraire. Sayer en approche sans l'égaler, et, puisqu'il avait résolu de ne point avoir recours à la rime pour les deux premières stances, il faut louer sinon l'idée, du moins le mode d'exécution de l'idée, et peut-ètre estce à la manière assez heureuse dont il s'en tira qu'est dû l'emploi du même mètre dans le Thalaba de Southey. Parmi les Nuee de Sayer, nous remarquerons princi- paiement son conte de Guy de Warwick et le Fragment sur Jack le tueur de géants. Dans l'un et dans l'autre, il déploie beaucoup d'humour ; et le style, héroïque d'allures et de formes, tandis que les sujets sont ou burlesques ou 'vulgaires, présente un contraste intime, plein en même temps de bonhomie et de vérité. La forme héroïque reflète le sérieux naïf avec lequel certaines gens traitent leurs affaires plus solennellement que l'on ne traite quelquefois les affaires d'Etat ; et cependant l'ironie est transparente : le lecteur voit et l'importance que prennent les objets ou les événements aux yeux des acteurs et la futilité de ces mêmes événements, de ces mêmes objets vus de haut, et c'est lui qui a le plaisir de voir de haut, de regarder en pitié, de sourire. On a parfois comparé Sayer à Gray. Ils ont de l'analogie en ceci, que tous deux s' plus de certains livres de prédilection que de la nature ; si Gray est supérieur pour la profondeur du sentiment, il est inférieur pour l'éclat dans le lyrisme et pour la plaisanterie dans la narration
  • Franck ALAMO( 1943) : chanteur
  • Franck BADIOU : Tireur
  • Franck DAVID : Véliplanchiste
  • Franck FERNANDEL : chanteuracteuranimateur
  • Franck HOSTE : cycliste
  • Franck LEBOEUF : footballeur
  • Franck PICCARD : skieur
  • Franck SAUZEE : footballeur
  • Franck SILVESTRE : footballeur
  • Franck SINATRA( 1915) : chanteur
  • Franck TENOT : journaliste, créateur de "Salut les Copains"
  • Franck VERCOUTEREN : footballeur

Franck année par année

Signe astrologique de Franck

Couleur de Franck

Pierre précieuse de Franck

Chiffre de Franck

Métal de Franck