Le prénom Fabien Masculin

Origine :

Fête :

20 Janvier

Signification de Fabien

Fabien est une personne de nature timide. Il aime observer son entourage et en tire des leçons. Il n’aime pas expérimenter afin d’éviter de faire face à des problèmes qu’il risque de mal gérer. Il préfère tirer les leçons des erreurs des autres et passer uniquement à l’action lorsqu’il est sûr de ne pas se tromper. Fabien est très méfiant et fait difficilement confiance aux personnes qu’il ne connait pas. Il est cependant agréable à vivre avec les gens qu’il connait bien et qui ne risquent pas de lui porter préjudice. Il est aux petits soins avec sa famille et adore passer des moments agréables avec ses proches.

Personnalité de Fabien

Peu expansifs, relativement timides, ils préfèrent observer plutôt qu'agir. Emotifs, très attentifs, sensibles, ils redoutent le monde extérieur qui empièterait sur leur jardin secret. Affectueux, ils sont fidèles et honnêtes. Leur morale est très rigoureuse. Ils ont horreur des gens qui parlent fort et qui gesticulent, mais apprécient l'élégance et la discrétion.

Provenance du prénom Fabien

Histoire de Fabien

Etymologie de Fabien

Les Fabien célèbres

  • Fabien PILLET( 1772 - 1855) : littérateur, journaliste et administrateur, né à Lyon en 1772; sa famille était pauvre, mais il était actif, intelligent, et il chercha des ressources dans la littérature. Il débuta, comme tant d'autres à cette époque, par des pièces de vers dans le Mercure; il coopéra, avant d'avoir seize ans, aux Affiches que dirigeait l'abbé Aubert et au Journal général. La révolution survint, et Pillet, n'imitant pas l'exemple que lui donnait la majeure partie des jeunes écrivains du temps, se rangea parmi ses adversaires. Il poursuivit de ses épigrammes et de ses railleries le parti exalté; les Actes des apôtres , le Journal de la cour et de la ville, lui ouvrirent leurs colonnes avec empressement, mais bientôt la crise devint terrible; il fallut se taire; Pillet eut la bonne fortune de traverser inaperçu le règne de la terreur. Dès que Robespierre fut tombé, dès qu'un peu de liberté eut été rendue, il lança une brochure dont le titre : Des lois et non du sang, faisant allusion à un vers égaré dans une comédie de Laya qui fit grand bruit en 1792, disait assez dans quel esprit elle était conçue. 11 travailla au Déjeuner, journal qui fut l'une des feuilles supprimées par le directoire après le 18 fructidor an 5. Une vive critique littéraire, la Revue des auteurs vivants, publiée en 1796, lui attira beaucoup d'ennemis; il paraît toutefois que ce fut à tort qu'on lui attribua cet écrit riche de malice et de personnalités. Il mit sort nom à la Lorgnette des spectacles, ou Revue des acteurs, qui, mise au jour en 1799, eut en 1831 une troisième édition augmentée. En 1808, il fit paraître une Revue des comédiens, 2 vol. il avait eu pour collaborateur Grimod de la Reynière. Fort assidu aux théâtres, Pillet fit jouer deux pièces, IVenzel, ou le Magistrat du peuple, 1794, et Duval, ou une Erreur de jeunesse, 1802 ; on a prétendu que cette dernière avait été représentée cent cinquante fois à l'AmbiguComique. En 1798, il entra au Journal de Paris comme rédacteur de la partie des théâtres et il y resta en cette qualité jusqu'en 1803. 11 se borna ensuite à donner des articles sur les beauxarts. Le Noir et le blanc, ou nia Promenade au salon, 1812, et une Matinée au salon, ou les Pe passés en revue, 1824, sont des écrits qui ne manquent pas d'intérêt pour l'histoire de la pe Comme critique, Pillet avait du goût, de l'impartialité, mais il était dénué de ce style à effets brillants, de ces aperçus étendus qu'on demande aujourd'hui et dont on se passait alors. Quelques brochures de circonstance, quelques petits recueils de vers ne doivent pas sortir de l'oubli qui les recouvre. Après le 18 brumaire, Pillet, que ses opinions conservatrices rattachaient au gouvernement du premier consul, devint secrétaire général de la direction de l'instruction publique; il fut successivement chef du bureau des théâtres au ministère de l'intérieur, chef du bureau des colléges royaux au même ministère, et rentra au ministère de l'instruction publique comme chef du bureau des bourses et des livres classiques. Il coopéra à quelques recueils périodiques et il fournit à la Biographie universelle plusieurs articles sur des littérateurs et des artistes. Il mourut à Paris au mois de mars 1855
  • Fabien BARTHEZ : footballeur

Fabien année par année

Signe astrologique de Fabien

Couleur de Fabien

Pierre précieuse de Fabien

Chiffre de Fabien

Métal de Fabien