Histoire de alpais

Née à Cudot, en Bourgogne, vers 1150, Alpais garde les bêtes et aide son père aux champs, guidant les bœufs au labour sitôt qu'elle sait marcher. Épuisée, elle tombe gravement malade, atteinte d'un mal qui inspire une telle répulsion que personne ne l'approche plus. On lui jette sa pitance de loin comme à un animal dangereux. Jusqu'au jour où ses frères sont d'avis de ne plus la nourrir. La Vierge Marie elle-même vient alors la voir, la touche, la guérit et lui révèle qu'elle pourra vivre sans prendre la moindre nourriture. Le Christ lui apparaît aussi un jeudi-saint. Une vie nouvelle et prodigieuse commence pour Alpais qui jouit soudain de pouvoirs étonnants. Des malades sont guéris à son contact, des savants et des princes viennent la consulter. La jeune paysanne reçoit d'extraordinaires révélations. Elle décrit par exemple le système planétaire comme le fera Copernic trois siècles plus tard. Une commission nommée par l'archevêque de Sens constate que l'hostie est sa seule nourriture pendant plusieurs années. Alpais finit sa vie en recluse, toujours favorisée de visions, et quitte doucement ce monde le 3 novembre 1211. Canonisée par Pie IX en 1874, la sainte est vénérée dans l'église de Cudot qui garde ses reliques.

Etymologie de alpais

araméenne : de alpay, bouvier.

Les alpais célèbres

  • Alpaïs : fille de l'empereur Charlemagne