Histoire de Kentigern

Né en Écosse vers 518, Kentigern est un enfant naturel. Il est baptisé et éduqué par l'évêque Servan qui l'a pris sous sa protection. Le pasteur remarque en lui de grandes qualités et lui témoigne une telle affection qu'il le surnomme Mungo, ce qui signifie "bien-aimé" dans la langue du pays. Plus tard Kentigern va se fixer dans la solitude de Glasghu (aujourd'hui Glasgow) pour y étudier sa vocation, mais l'éclat de ses vertus lui attirent de nombreux disciples qu'il groupe en communauté. Sacré évêque par un prélat venu spécialement d'Irlande, Kentigern parcourt à pieds son immense diocèse. Il convertit de nombreux païens touchés par sa bonté autant que par ses instructions, combat le pélagianisme qui menace l'intégrité de la foi en Écosse et connaît la persécution sous le règne de l'impie Morken. Contraint à l'exil, il trouve refuge au pays de Galles, séjourne quelques temps auprès de David, évêque de Menevia, puis fonde un monastère au confluent de l'Elwy et de la Clyde. Rappelé à Glasgow après la chute de Morken, le saint évêque confie le monastère à son disciple Asaph et regagne son diocèse, peu après 573. Il fait de Glasgow un centre important du christianisme pour les Scots et meurt le 13 janvier 603, âgé de 85 ans. Saint Kentigern, plus connu sous le nom de Mungo, est le premier patron de Glasgow où son tombeau est en grande vénération jusqu'à l'établissement du calvinisme en Écosse.

Etymologie de Kentigern

celtique : de ken, beau et tiern, chef.