Le prénom Vivien Masculin

Origine :

Fête :

10 Mars

Signification de Vivien

Vivien est un prénom mixte, généralement masculin sur le sol français tandis que dans les pays anglophones, il est fréquemment attribué aux filles. Ce prénom a atteint son apogée en 1986 avec 686 attributions.
Les Vivien sont indépendants, généreux et jaloux de leur liberté. Friands d’aventures et de découvertes, ils fuient la routine par tous les moyens.
Plusieurs prénoms sont associés à Vivien dont Vivienne, Viviane, Vivianus, Viviano, Vibien et Vivette.
On compte un certain nombre de célébrités portant ce prénom parmi lesquelles on cite Vivien Goldman (écrivain, journaliste), Vivien Leidet (historien), Vivien Savage (chanteur) et Vivien Leigh (actrice).

Personnalité de Vivien

Particulièrement efficaces dans le monde du commerce, ils s'épanouissent sur le terrain, dans le concret. Plus vendeurs que gestionnaires, ils sont faits pour le contact direct et les décisions rapides. Ce sont des tempéraments têtus et rusés qui n'en font qu'à leur tête, même s'ils vous donnent l'impression de vous suivre. Hommes de combat, volontaires, ils sont aussi contestaires et les échecs les stimulent.

Provenance du prénom Vivien

Histoire de Vivien

Etymologie de Vivien

Les Vivien célèbres

  • Vivien LABORDE( 1680) : né à Toulouse eu 1680, y reçut une excellente éducation sous les yeux de son père, littérateur estimé, et entra dans la congrégation de l'Oratoire en 1699. Les talents qu'il développa dans son cours de théologie, dans la chaire de philosophie à Vendôme, et dans les conférences publiques qu'il fit à Tours sur l'histoire ecclésiastique, le firent appeler, en 1708, à Stblagloire , pour y être tlirecteur de ce séminaire. Pendant son séjour dans cette maison , il publia plusieurs écrits polémiques sur les affaires du temps : Lettre au cardinal de Noailles, tou- chant les artifices d intrigues du P., Tellier. et quel- ques autres jésuites, contre Son Eininence, 4 71 1 2. Examen de la constitution Unigenitus, selon /a méthode des géomètres, 1714 Ce petit ouvrage avait pour objet de combattre le système des explications concernant la bulle Uni- genitus. 3° Le Témoignage de la rérité dans l'Fglite, où l'on examine quel est ce témoignage , tant en gé- néral qu'en particulier, an regard de la dernière corillifwion. etc., 1711 Ce livre, plus considérable que le précédent , tendait à prouver l'irrégularité de tout ce qui se faisait en faveur de la constitution Unigenitus. Le parlement et l'assem- blée du clergé de 1715 k condamnèrent ; et il fit depuis manquer à l'auteur l'évêché de Perpignan, auquel le régent était disposé a le nommer . Le P. Daniel le combattit avec beaucoup de vivacité. Le ministre Bastiage crut pouvoir tirer avantage, en faveur des protestants, de quelquesunes de ses assertions. Des théologiens, amis de l'auteur, y reprirent même des expressions inexactes sur ce qu'il donnait une trop grande importance au jugement du petit nombre des pasteurs dans les temps de troubles, et aux réclamations des simples fideles dans les matieres contestées. Il désavoua ces conséquences , revit son ouvrage et l'augmetita de près de moitié. C'est dans ce nouvel état que le livre a été réimprimé en 174, 2 vol. En 1716, le P. Laborde fut envoyé à Rome avec l'abbé Chevalier par le régent et par le cardinal de Noailles, pour engager Clément XI donner des explications à sa bulle. C'était le P. Laborde qui tenait ordinairement la plume, tant pour les dépèches de la cour que pour les mémoires qu'il fallait quelquefois présenter au pape. Il a composé un journal historique de cette infructueuse négoriation. Après un séjour de tlixhuit mois à Home, le P. Laborde revint à Paris, où il fut successivement supérieur de StMagloire, visiteur de sa congrégation et assistant du général. En 1721, le cardinal de Noailles l'attira itipres de sa personne; et il résida à l'archevêché jusqu'en 1729, époque de la mort de cette Eminence, dont il avait dirigé toutes les démarches, soit dans son appel, soit dans la révocation de ce mine acte. L'abbé Goujet , et apres lui la plupart des biographes attribuent au P. Laborde un mémoire , composé en 1733, après la mort du P. de Latone, général de l'Oratoire , pour obtenir thi gouverne- Le régent avait promi au maréchal de Noailles, gouverneur de Roussillon , de nommer À ce siége le sujet qu'il lui présenterait, mit- ee te chubte; mai. quand on lui demanda l'évèché pour l'auteur du nmoighage d. la virile, il ietuss en disant Obi pour celuilà, U est pire que le diable. ment la liberté entière de l'assemblée chargée de lui donner un successeur. Goujet ajoute que le cardinal de Fleury en fut tellement frappé qu'il Ut' put retenir les marques th. son admiration, et qu'il se fit lire jusqu'a trois fois le portrait de la i congrégation, dans lequel, en représentant les services que l'Oratoire avait rendus depuis son établissement, l'auteur peignait ceux que cette congrégation était encore en état de rendre, si elle n'était point traversée par ses ennemis. Il est bien certain que le P. Laborde eut une trèsgrande influence dans l'assetublée de 1733, où fut élu le P. Lavalette; niais nous n'avons rien découvert qui puisse justifier l'anecdote rapportée par l'abbé Goujet. Le portrait de l'Oratoire dont Il parle ne se trouve que dans un mémoire imprimé en 1716, relatif à l'assemblée qui eut lieu cette année- là; et la date de ce mémoire , postérieure tic quelques années à la mort du cardinal tic Fleury, ne peut convenir à l'anecdote eit, t.. Comme ce tnétuoire est extrêmement rare, nous croyons devoir en rapporter ici le titre : Mémoire sur une prétendue assemblée générale de l'Oratoire, qu'on se propose de tenir au mois do septembre pr? chain , et àtir le carac. tere di temoignitye que l'EgItse attend, soit de eu part des prétres qui ont droit de députer aux assemblÉes générales, 1011 de la pari des simples eunfreres , iti- i° tic 16 pages. Le P. !Aborde passa les dernieres années de sa vie, tantOt dans la maison de Stllonoré, tantôt dans son prieuré d'Amont sous Montniorenci, ne paraissant plus alors mettre la tnétne vivacité dans les affaires de la bulle. Son Me se ranima à l'apparition du livre titi P. Pichon. C'est a ce sele qu'on doit les instructions 'pastorales Ile M. de FitzJames , évèque de Soibsons , et tic M. de Bezons, évêque de Carcassonne, contre la doctrine de ce jésuite. En travaillant à la seconde partie de cette dernière pastorale , qui n'a point été terminée , il mourut la plume à la main , le 5 mars 17.18; c'était un homme capable et mais vif et ardent. Il revint cependant de son opposition à la bulle, l'accepta et contribua même à la faire accepter. Outre les ouvrages dont on a parlé, on a encore de lui : I. Lettre d'un gentilhomme de Provence d il. S. JI. D., etc., 1721 C'est une justification des PP. de l'oratoire de Marseille, au sujet des inculpations répandues contre eux , sous le nom de M. de Belsunce , évêque de cette ville • relativement à leur conduite pendant la peste de 1720. 2. Principes sur te, sence . la distinction et les limites des deux puissances spirituelle et temporelle , ouvrage com- posé en 1731, mais qui n'a vu le jour qu'après la mort de l'auteur , avec une préface de l'éditeur, 1753 Comme le P. Laborde n'avait point destiné cet ouvrage à l'itnpression, il n'y avait pas luis la derniere main : les éditeurs doivent partager les reproches qu'on lui a faits d'avoir trop restreint les droits de la puissa nce spirituelle. L'ouvrage reparut la même année à Breslau, 1755 avec une traduction polonaise en regard du texte. Il fut vivement attaqué par le P. Eusèbe Amort , condamné par le clergé de France, et prohibé à Rome en 1755, en même temps que l'Histoire du peuple de Dieu, mais avec des qualifications plus sévères. 50 Retraite de dix jours en forme de méditations sur létat de l'homme sans Jésus- Christ et avec Jésus- Christ, pour se dis.- poser à célébrer saintement la fête de Noël, 1755; 40 Conférences familières sur les dispositions néces- saires pour recevoir avec fruit le sacrement de péni- tence, Paris, 1757 Ces conférences, faites pendant le carême de 1759, dans l'église de l'Oratoire, sont au nombre de onze, et forment un traité complet sur les différentes parties de la pénitence; elles sont suivies d'une conférence sur la passion de NotreSeigneur. La réputation du P. Laborde avait attiré à ses conférences un prodigieux concours de personnes de tout rang et de tout état , parmi lesquelles on distinguait des princes et des princesses du sang. On a encore de lui plusieurs mémoires imprimés dans le procès que les PP. de l'Oratoire eurent au conseil avec M. de Montmorin, évèque de Langres, au sujet du séminaire de cette ville. Pendant son séjour à StMagloire, il avait eu beaucoup de part aux Grandes Hexaples, et à plusieurs autres ouvrages qui furent composés dans cette maison contre la constitution Unigenitus. 11 est auteur de divers mandements et instructions pastorales du cardinal de Noailles et de Bossuet , évêque de Troyes. Enfin , on lui attribue un écrit intitulé Question curieuse sur le ligurisme , et un AléMoire contre les convulsions
  • Vivien Leigh : actrice anglaise

Vivien année par année

Signe astrologique de Vivien

Couleur de Vivien

Pierre précieuse de Vivien

Chiffre de Vivien

Métal de Vivien