Le prénom Faustin Masculin

Origine :

Fête :

15 Février

Signification de Faustin

Faustin est un prénom masculin qui indique un homme de nature sensible et émotive. Assez susceptible, il perd facilement son sang-froid. Ayant une fierté implacable, il n’est pas facile de l’influencer dans ses choix. Excentrique, il aime tout ramener à sa personne, quelle que soit la situation. Faustin est dynamique à souhait, avec un penchant vers l’agitation plutôt que l’hyperactivité. Cet être se laisse facilement vaincre par l’anxiété et son moral peut dépendre des faits et circonstances qu’il rencontre. Toutefois, intelligent et communicatif, il est ouvert à toute discussion et les grands débats intellectuels l’intéressent au plus haut point.
Un célèbre jurisconsulte du 19e siècle porte ce prénom, il s’agit de Faustin Hélie.

Personnalité de Faustin

Ils sont d'une grande émotivité et perdent assez facilement leur sang-froid. Fiers, un peu hautains, ce sont des anxieux. Pleins de vie, plutôt brouillons, plus agités qu'actifs, ils ne sont pas toujours efficaces. Curieux, peu influençables, ce sont des introvertis qui ont tendance à tout ramener à leur personne. Assez susceptibles, ils ont la dent dure. Leur moralité dépend un peu des circonstances.

Provenance du prénom Faustin

Histoire de Faustin

Etymologie de Faustin

Les Faustin célèbres

  • Faustin AMICO : de Bassano, poète du 16° siècle, mourut en 1558 , n'étant âgé que de 24 ans. Il annonçait un talent extraordinaire, et fut vivement regretté. Il avait adressé à son plus ami , Alexandre Campesano , une épître en vers latins , aussi remarquable par l'élégance et la pureté du style que par la forme des pensées et l'art de la composition : elle fut imprimée, après sa mort, sous ce titre : Faustini Amici , Bassanensis , anno ( cies suce 24 immaturata morte prcerepti, Episiola ad Alexandrum Campesanum, Venise, 1564 Ses poésies italiennes sont éparses dans divers recueils, entre autres dans celui des poètes de Bassano, et dans la collection du Gobbi
  • Faustin TASSE( 1541 - 1500) : poète italien, né à Venise vers 1541, d'une famille originaire de Bergame, autre que celle des précédents, fut religieux conventuel pendant neuf ans, puis frère mineur de l'Observance ; il exerça longtemps le ministère Luneau de Boisgermain a donné une traduction interlinéaire de la Jérusalem. Colardeau avait traduit six chants du même poënie et les jeta au feu lorsqu'il apprit que Watelet y travaillait aussi. Dans la bibliothèque de CambisVilleron, à Avignon, on conserve un exemplaire inédit de la Jerusalem • par Ferrar, manuscrit orné de vingt dessins à l'encre de la Chine, par Pommartin et Bassinet. L'auteur de cet article a possédé l'autographe d'une traduction inédite, en vers, du même poérne tles huit premiers chants seulement) , par Boullemier, 2 vol. Il existe en anglais un dialogue intitulé le Tasse, dont les interlocuteurs sont Milton et l'auteur de la Jérusalem, Londres, 1785, — Pour la controverse entre le Tasse et l'académie de la Crus, voy. Quadrio , Mari« e ragioae d'ogni poesia, t. 6, p. 671. &rassi, Ragtonnmenlo copra la conlroversia del Tassa e dell' Arioslo, Parme, Bodoni, 1791 Galilei, Considerazioni al Tassa, Rome, 1793, 4', et Risposta alla considerazioni al Tasse, del Galrlei, Modène, 1819, 2 vol. Le comte Napione n composé un ouvrage intitulé Discorso sopra la scisnsa mijilare del Toue, Turin, 1777, apostolique, et donna des preuves de talent dans toute l'Italie. Il possédait plusieurs langues et fut élevé aux premières dignités de son ordre. Il mourut à Venise vers la fin du 16° siècle. On a de lui : 1° deux livres de Poésies toscanes, imprimées à Turin en 1573, qui furent publiées, diton, sans son aveu, et qui sont en grande partie des imitations de pièces galantes de divers poètes; 9.° l'Histoire des succès de I ' Italie , depuis 1566 jusqu'en 1580, Venise, 1583, et qui traite pr des guerres de l'hérésie ; 3° deux livres De la Conversion des pécheurs, Venise, 1578; 4° Vingt discours familiers sur la venue du Messie, adressés à quelques juifs, Venise, 1585 — TASSE , peintre, lié à Pérouse en 1566. Son père, nommé Pierre Bonami, exerçait l'état de pelletier. Augustin s'étant enfui fort jeune de la maison paternelle, et ayant été reçu, à Rome, dans la maison du marquis Tassi en qualité de page , à cause de sa bonne tournure et de son esprit, en rapporta le surnom de Tasse, dont il s'est toujours prévalu depuis. Son génie le portait à la peinture, et il n'eut d'autre maitre de dessin que luimême. Etant allé à Florence, il s'insinua dans la société de quelques peintres. Comme il était excessivement débauché, on présume qu'il commit quelque délit, en punition duquel le grandduc l'envoya aux galères de Livourne, sans l'assujettir cependant au service de la rame et comme simple relégué. Ce fut là qu'il s'éleva au premier rang des paysagistes, en représentant des vaisseaux, des tempêtes, des pèches et autres accidents de mer, où il s'est montré spirituel autant que bizarre dans les figures et les costumes; il fut aussi bon décorateur, et on le vit, tarit au palais Quirinal du pape qu'au palais Pamphili, déployer un excellent goût d'ornement que ses imitateurs ont ensuite chargé à l'excès. Après une vie toujours agitée et sujette à beaucoup de désagréments et de traverses occasionnés par sa mauvaise conduite, il mourut à Rome, en mai 1644, à l'àge de 79 ans, et ne laissa pas même de quoi se faire enterrer. Le Passeri, dans ses Vies des peintres, sculpteurs, etc., est entré dans les plus grands détails sur sa personne et sur ses ouvrages
  • Faustin Hélie : jurisconsulte français

Faustin année par année

Signe astrologique de Faustin

Couleur de Faustin

Pierre précieuse de Faustin

Chiffre de Faustin

Métal de Faustin