Le prénom Adolf Masculin

Origine :

Fête :

30 Juin

Signification de Adolf

Dérivé d’« Adolphe », Adolf est un prénom masculin d’origine germanique. Il est composé des deux termes « adal » et « wolf » signifiant respectivement « noble » et « loup ». « Adal » a également plusieurs origines et possède une signification similaire dans la langue arabe. Les prénoms masculins et féminins se rapprochant d’Adolf sont Adille, Alfio, Andéol, Adelphe, Alfa, Adolphe, Adolph ou Adolfo. Suite à la Shoah ou l’extermination d’environ 40 % des Juifs du monde par l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale, Adolf a été rarement attribué comme prénom. Selon l’Insee, nous comptons 6 naissances d’Adolf en 1941, 3 en 1944 et 33 depuis le début du 20e siècle. L’âge moyen des Adolf est de 86 ans. Parmi les personnes célèbres ayant porté ce prénom, nous pouvons citer Adolf Hitler et Adolphe Thiers.

Personnalité de Adolf

De nature timide et réservée, les Adolf sont des hommes qui préfèrent rester dans leur coin plutôt que de sortir et de faire la fête jusqu’aux petites heures du matin. Ils aimeraient être un escargot ou pourquoi pas un crabe pour pouvoir se réfugier dans leur coquille et éviter les palabres. Prudents, les Adolf ont besoin de repères pour se sentir en sécurité et se sentent rassurés par leurs petites habitudes quotidiennes. Bien que discrets, ces hommes accordent une certaine importance à leur apparence. Soucieux de leur image et tenant à faire bonne impression en toute situation, ils détestent se sentir mal à l’aise et ont peur du ridicule. Cependant, cela ne signifie pas qu’ils ne profitent pas de la vie. Les Adolf profitent du quotidien à leur rythme et en faisant des choses qui leur font plaisir comme lire un bon livre ou déguster un chocolat chaud au coin du feu. Les Adolf sont très attachés à leur famille et leur cercle d’amis plutôt restreint. De ce fait, ils prennent plaisir à passer d’agréables moments en leur présence plutôt que de faire de nouvelles rencontres. En effet, ces hommes préfèrent la qualité à la quantité et s’efforcent de créer des liens solides et durables avec les personnes en qui ils ont confiance. Hommes de valeur, les Adolf sont très respectueux des principes que leur ont inculqués leurs parents ainsi que des traditions qui leur ont été transmises. Nostalgiques, ils repensent souvent à leur enfance et au temps où ils n’avaient pas de grandes responsabilités. Loin d’être pessimistes, ces hommes peuvent se montrer bavards et joviaux quand ils se sentent bien. Non effrayés par elle, la routine constitue un des plus grands équilibres des Adolf. Même s’ils sont talentueux et doués, ils restent discrets au sujet de leurs envies et leurs rêves.

Provenance du prénom Adolf

Histoire de Adolf

Etymologie de Adolf

Les Adolf célèbres

  • Adolf OVERWEG( 1822 - 1852) : l'un des intrépides explorateurs modernes de l'Afrique, naquit le 9.4 juillet 189.9. à Hambourg; il étudia à l'université de Bonn et ensuite à celle de Berlin ; la géologie fut durant quelques années l'objet spécial de ses préoccupations. En 1849 , M. Richardson entreprit, sous les auspices des deux gouvernements anglais et prussien , un voyage d'exploration dans l'Afrique centrale; on chercha à Berlin un naturaliste qui voulût l'accompagner , et Overweg , recommandé par les savants les plus distingués de cette capitale, obtint cette mission. Le docteur Ilenri Barth , élève du célèbre géographe Ritter, se joignit au jeune Hambourgeois et se dévoua à fcruvre que réclamaient les progrès de la géographie. Le but principal du voyage périlleux qu'il s'agissait d'entreprendre était l'exploration du lac Tchad , vaste étendue de marécages, située au coeur de l'Afrique centrale, entre le 11° et le 14° de latitude nord, et le 13° et le 16° de longitude est . Une embarcation fort légère avait été construite afin de naviguer dans ces eaux jusqu'alors ignorées; il fallut la transporter à travers une immense étendue de sables brùlants. Partie de Tri- poli au mois de mars 1850, l'expédition n'arriva sur les bords du lac qu'au mois d'avril 1851. Les trois voyageurs furent exposés à de grands périls, et après avoir souffert les déprédations de tribus pillardes, ils ne conservèrent leur vie qu'en payant une forte rançon. Richardson mourut à une faible distance du lac Tchad ; Barth et Overweg, étant arrivés à Kuka, à dix milles de la rive occidentale, se trouvèrent en sûreté sous la protection du sultan de .!tornou , qui leur donna une maison commode et leur procura des provisions abondantes. La barque ayant été installée, Overweg s'embarqua le 18 juin, parcourut le lac et visita les populations qui y sont diss:mni- nées sur diverses îles. A son retour, il fit une incursion au sudouest de Kuka , et il pénétra jusqu'à cent cinquante milles de Yauba, la capitale des Fellatahs. Pendant ce temps , Barth se livrait de son côté à des voyages hardis; il pénétrait dans le royaume d'Adamano , au sud du lac Tchad, et dans celui de Bargliimi, vers les sources du Nil blanc ; c'est la première fois qu'un Européen s'est montré dans ces régions restées inconnues. Le gouvernement anglais de la mort de Richardson, ne voulut pas laisser isolés les deux intrépides Allemands , qui s'étaient enfoncés au milieu de ces peuples barbares ; un jeune savant, âgé de vingt et un ans, Edouard Vogel , fort instruit en astronomie et botaniste habile , s'offrit pour les rejoindre; il partit en février 1853, et le jour même où il quittait Londres , on y reçut des lettres de Barth annonçant qu'Overweg , atteint d'une de ces fièvres pernicieuses qui sont Je fléau de l'Afrique, avait succombé le 27 septembre 1852 à bladuari, ville située près de la rive occidentale du lac Tchad et à peu de distance de Kuka. Barth ensevelit le corps de son compagnon au bord du lac que l'infortuné avait exploré et dans un endroit qu'il avait désigné pour l'emplacement de sa sérlture. Overweg trouva ainsi, à la fleur de l'âge et au service de la science, cette mort qui n'est pas dénuée de gloire et qui a été le partage du plus grand nombre de ces intrépides Européens qui ont tenté de soulever le voile qui couvre les régions inhospitalières et malsaines de l'Afrique. 11 en est bien peu auxquels il ait été donné de rentrer au foyer natal. On trouvera, sur les découvertes auxquelles a coopéré Overweg , des détails étendus dans les Voyages et dé- couvertes en Afrique, par le docteur Barth, traduction de l'allemand, par Paul Rider, Bruxelles, 1861, 4 vol. Quant aux découvertes importantes que Barth et Vogel ont accomplies dans l'Afrique centrale après la mort d'Overweg , ce n'est pas ici qu'il doit en être question
  • Adolf EICHMANN : Nazi
  • Adolf Heusinger ( 1897) : Adolf Heusinger, né le 4 août 1897 à Holzminden et mort le 30 novembre 1982 à Cologne, est un général allemand de la Seconde Guerre mondiale. Il fut le premier chef d'Étatmajor de la Bundeswehr, les forces armées ouestallemandes, après la guerre. Il sera également le président du Comité militaire de l'Otan avant sa retraite en 1964. Biographie Avant 1920 Le père d'Adolf Heusinger, Ludwig , est professeur et sa mère, née Charlotte von Alten, issue d'une ancienne famille aristocratique ayant des ramifications dans le Hanovre. Son frère, Bruno Heusinger, sera président de la Cour fédérale de Carlsruhe. Il s'engage après le lycée Julianum de Helmstedt comme volontaire en 1915 au 96e régiment d'infanterie de l'armée impériale. Il deviendra plus tard officier d'ordonnance sur le front Ouest. Il est nommé lieutenant le 4 juillet 1917. Il est plusieurs fois blessé à Verdun et sérieusement blessé dans les Flandres à l'automne 1917. Il est alors fait prisonnier par les Britanniques et transféré dans un camp de prisonniers dans le Yorkshire, jusqu'en décembre 1919. 1920-1940 Il est intégré dans la Reichswehr le 1er janvier 1920 au 15e régiment d'infanterie stationné à Cassel. Il devient Oberleutnant en 1925 et de 1930 à 1934, il est officier d'étatmajor au ministère des armées à la division opérationnelle du service des troupes. Il épouse Gerda Krüger, historienne, en 1931. Adolf Heusinger est nommé capitaine le 1er octobre 1932. Il est chef de compagnie du 18e régiment d'infanterie stationné à Paderborn, puis de 1935 à 1937 premier officier d'étatmajor de la première division d'infanterie basée à Allenstein en Prusse orientale, où il devient major. Il sert de 1937 à 1944 au commandement suprême de l'armée de terre et parvient au grade de colonel le 1er août 1940. 1940-1945 Heusinger devient quelques mois plus tard chef de la division opérationnelle de l'étatmajor du commandement suprême et participe aux décisions opérationnelles et stratégiques de l'armée de terre. Il est chargé de la préparation de l'opération Bleue , nom de code de l'opération Stalingrad. Toutefois Heusinger et le chef de l'étatmajor Franz Halder ne peuvent imposer leurs vues pendant la menée des combats, face à l'entêtement d'Hitler pendant la bataille de Stalingrad. Halder voulait d'abord prendre Moscou, alors qu'Hitler voulait prendre le Caucase, voie d'accès au pétrole des régions de la mer Noire. Sa directive du 23 juillet 1942, après l'hiver désastreux qui coûta la perte ou la disparition d'un million de soldats allemands à Stalingrad, conduisit à la perte de l'armée allemande. Heusinger est généralmajor depuis décembre 1941 et général lieutenant en janvier 1943. C'est à cette époque qu'il est convaincu de la nécessité d'éliminer Hitler. Il avait compris aussi que la mauvaise qualité des renseignements concernant le front de l'Est était problématique pour les prises de décision de l'étatmajor. Il nomme Reinhard Gehlen en avril 1942 à la tête d'un début de réseau de renseignements qui tente de rester indépendant de la SD. Il est nommé chef de l'étatmajor du commandement suprême, lorsque le généralcolonel Kurt Zeitzler démissionne pour cause de maladie en juillet 1944 et se trouve donc à côté d'Adolf Hitler, lui montrant une carte, lors de l'attentat du 20 juillet 1944. Comme le führer Adolf Hitler, Heusinger ne sera que blessé par l'explosion de la bombe placée par le colonel Claus von Stauffenberg. Il était au courant depuis plusieurs mois des préparatifs de cet attentat qu'il approuvait, bien qu'il n'y prît pas part. Il est blessé, transféré dans un hôpital par la Gestapo et mis aux arrêts. Il est emprisonné ensuite et interrogé. On le relâche cependant en octobre 1944, faute de preuves. Il est démissionné du service d'active et mis dans la réserve, mais il obtient un poste le 25 mars 1945 au service des cartes de l'armée. Il est fait prisonnier par les Américains à la fin de la guerre. Après 1945 Le général Heusinger est transféré dans un camp de prisonniers, puis reste sous surveillance alliée jusqu'en 1948. Il commence alors sa collaboration au nouveau service de renseignement militaire de Reinhard Gehlen, son ancien officier. Son nom de code est Horn et il dirige le service d'exploitation des données, jusqu'en 1950, année où il publie un livre de Mémoires sur l'armée allemande, Befehl im Widerstreit, Schicksalsstunden der deutschen Armee 1923-1945. Il est ensuite conseiller du chancelier Konrad Adenauer lors des entretiens de Petersberg avec les alliés en décembre 1950. Heusinger poursuit sa carrière à l'administration Blank qui sera à l'origine du ministère de la défense, créé en 1955. Il est conseiller militaire de 1955 à 1957. Il est confirmé au rang de générallieutenant en novembre 1955, devenant l'un des plus hautsgradés la future Bundeswehr qu'il contribue à mettre sur pied. Il en devient inspecteur- général en juin 1957, puis chef de l'étatmajor. Il préside le Military Commitee de l'OTAN de 1961 à 1964 à Washington. Le général Heusinger prend sa retraite le 1er avril 1964. Il était titulaire de nombreuses décorations.

Adolf année par année

Signe astrologique de Adolf

Couleur de Adolf

Pierre précieuse de Adolf

Chiffre de Adolf

Métal de Adolf