Les prénoms issus de pays

Germain, Germaine            On les donne moins aujourd’hui, ils semblent un peu passés de mode… Prénom ethnique par excellence, déjà largement porté à l’époque gallo-romaine, Germain vient du prénom latin « Germanus » qui rappelait l’origine de la famille (une personne originaire de Germanie). Apparu plus tardivement, avec son apogée au tout début du XXe siècle, Germaine en est le féminin.

Italo            On connaît tous l’écrivain Italo Calvino. Autre prénom typiquement « ethnique » par, renvoyant à l’Italie, Italo est aujourd’hui de temps à autre donné à des garçons en France. Sabine            Sabine vient du nom latin « Sabinus », qui traduisait une origine ethnique : l’appartenance au peuple des Sabins, en Italie centrale. Sa notoriété vient de la légende de la création de Rome, l’enlèvement des Sabines, dont de nombreux artistes se sont fait écho dans leurs œuvres au fil des siècles.  

Les villes italiennes inspirent les prénoms

Florence, Florentin, Florentine           On peut dire bien sûr que Florence vient du prénom latin « Florentia », lui-même issu du mot « floreus » (en floraison), ou du nom de la déesse des fleurs, « Flora ».           Mais la sainte qui a illustré le nom et qui se fête le 1er décembre était une jeune fille florentine convertie par saint Hilaire ayant choisi pour nom de baptême le nom de sa ville : Florence en Italie. Elle aurait ensuite vécu comme ermite à Combes dans la Vienne et y serait morte en 360. Son culte a diffusé un prénom qui évoquait donc bien la belle cité toscane.           Parmi les prénoms proches : Florentin pour les garçons, Florentine pour les filles. Romain, Romane, Roméo et variantes           Romain et Roméo viennent de façon évidente du nom latin « Romanus », qui signifie « originaire de Rome ».           Romane est la version moderne de l’ancien prénom Romaine, féminin de Romain.           D’autres prénoms proches ont le même sens : Roman, Romano, Romanos, Romaric, Romero... pour les garçons, Roma, Romaine... pour les filles.  

La France dans les prénoms...français ou étrangers

François, Françoise, Francis...            François et Françoise, prénoms ethniques équivalents à Germain ou Sabine par exemple, évoquaient à l’origine l’appartenance au peuple franc qui a donné son nom à notre pays, la France. Francis en est une forme savante.           Quant au prénom France, il était utilisé autrefois aussi bien pour les hommes que pour les femmes, même s’il est aujourd’hui essentiellement féminin. France à la sauce étrangère           Des variantes de ces prénoms existent dans les pays d’Europe limitrophes de la France : Frank (Allemagne), Francelin, Francesco (Italie), Francis, Fransez, Francisco (Espagne), Frankie, Frantz, Franz (Allemagne)…

Régions et villes françaises : des prénoms qui s'exportent

Lorraine, Laurène, Lorène           Laurène (parfois orthographié Lorène) peut correspondre à la forme francisée du prénom anglo-saxon Laureen ou bien à une déformation de l’ancien prénom médiéval Lorraine. Lorraine, nom d’une province et d’un duché rattaché à la France sous Louis XIV seulement, était au Moyen-Age un prénom féminin assez porté.           Les variantes orthographiques Laurène et Lorène sont des créations récemment apparues en France et aujourd’hui bien présentes... en Lorraine justement ! Nancy           Rien à voir avec la jolie ville lorraine : Nancy est un diminutif anglo-saxon du prénom Anne. Mais, après tout, si vous aimez la ville ducale, rien ne vous empêche d’importer ce prénom d’outre-Manche ! Lourdes           Par dévotion envers la Vierge, la chanteuse américaine Madonna a appelé sa fille Lourdes, comme la ville où elle est apparue. Mais comme en France, Lourdes serait un prénom un peu… lourd à porter, il n’a pour le moment rencontré aucun écho. Serez-vous les premiers parents français à oser le donner ?

Paris           Paris revient à la mode dans les pays anglo-saxons, en tant que prénom féminin cette fois et pour évoquer bien sûr la capitale française, ville lumière, ville de l’amour.           Sans remonter au Pâris de l’Antiquité grecque (le fameux jeune homme qui devait choisir la plus belle femme et lui offrir la pomme d’or…), qui n’avait évidemment rien à voir avec la ville, on trouve aussi au Moyen-Age un prénom Paris très populaire, masculin uniquement.           Aucun lien avec la capitale : Paris était le diminutif des prénoms d’origine latine Patricius ou Paternus. Mais qui le sait aujourd’hui ? Si vous aimez la ville, n’hésitez plus…

Et puis, rappelons-le, les parents peuvent librement choisir le prénom de leur enfant depuis 1993. Si vous aimez Toulouse, Nice ou Valenciennes, vous pouvez tout à fait donner naissance à une belle fratrie de villes et villages…

Commentaires