Histoire de Walatta

Épouse d'un ministre du négus Susenyos, en Abyssinie (aujourd'hui Éthiopie, de Ityopya en amharique), Walatta Petros ne supporte pas que son mari, converti au catholicisme par un jésuite espagnol, tente de faire rattacher l'Église éthiopienne à Rome, au 17e s. Elle se retire dans un couvent qu'elle a fondé et se consacre à l'étude des saintes Écritures. Mais elle travaille beaucoup la nuit et, inquiète pour sa santé, la Vierge Marie intervient directement : " Ne te fatigue pas ainsi. Lis les Évangiles, surtout celui de Jean. Cela suffira". Docile, Walatta obéit et s'en trouve très bien. Mais elle s'émeut des conditions de vie misérables dont souffrent les serfs autour du monastère et, pendant vingt ans, jusqu'à sa mort, en 1643, organise la vie communautaire des paysans, partageant équitablement le temps entre le travail, la prière et la vie de famille dans les villages. Sainte Walatta est très populaire dans l'Église éthiopienne.

Etymologie de Walatta

amharique.