Histoire de Walfroy

Selon saint Grégoire de Tours qui l'a rencontré à Yvois (aujourd'hui Carignan) dans les Ardennes, en 585, Walfroy est un ancien barbare converti au christianisme par saint Yrieix. Impressionné par l'héroïsme des stylites orientaux, il construit une sorte de hutte d'osier au sommet d'une colonne et y vit plusieurs années, édifiant la population par sa piété et ses austérités. Il réussit à convaincre les habitants du lieu que la déesse Diane, dont la statue avoisine sa colonne, ne peut intercéder efficacement pour eux comme il le fait par sa prière au vrai Dieu. Mais l'évêque met fin à l'expérience de Walfroy qui consacre ses dernières années à la prédication et meurt à Yvois, un 21 octobre, à l'aube du 7e s. Il est enseveli sur "la sainte montagne" qui domine le village de Margut, près de Montmédy, où une église lui est dédiée sur l'emplacement de son ermitage. Saint Walfroy, le stylite d'Occident, est longtemps invoqué pour la guérison des rhumatismes.

Etymologie de Walfroy

germanique : de wald, celui qui gouverne et frido, paix.