Le prénom Lucien Masculin

Origine :

Fête :

08 Janvier

Signification de Lucien

Lucien est un prénom masculin très récurrent depuis l’Antiquité. Il a connu un grand succès au cours des années 1950 mais sa cote de popularité a baissé depuis.
Les Lucien sont des êtres sensibles, intelligents et originaux. Ils se distinguent aussi par leur dirigisme, leur détermination et leur nervosité occasionnelle.
On compte un certain nombre de prénoms dérivés de Lucien comme Lucian (anglais), Lukianos (suédois), Luciano (espagnol, portugais, italien), Lucianus (néerlandais), Lucjan (polonais) et Lukian (allemand).
Beaucoup de célébrités se prénomment Lucien dont Lucien Rebatet (écrivain), Lucien de Samosate (écrivain, sculpteur), Lucien Febvre (historien), Lucien Ginsburg, mieux connu en tant que Serge Gainsbourg (chanteur) et Lucien Mazan (cycliste).

Personnalité de Lucien

Ils sont volontaires, courageux et font preuve d'une grande persévérence pour atteindre le but qu'ils se sont fixé. Ce sont des perfectionnistes. De tempérament calme, ils prennent le temps de la réflexion avant l'action. Accueillants, bavards, ils recherchent les contacts. Ce sont des hommes qui réussissent grâce à leur flair et qui ont le sens des affaires et de l'argent. Ils sont anxieux et se réfugient dans une intense activité.

Provenance du prénom Lucien

Histoire de Lucien

Etymologie de Lucien

Les Lucien célèbres

  • Lucien BORZONE( 1590) : né à Gènes en 1590, étudia sous Pierre Bertolotto, son oncle, artiste qui avait quelque réputation pour le portrait. Les premiers dessins de Lucien avaient déjà du mérite. Un jour, on en présenta à Albéric , duc de Massa, qui voulut les acquérir, et qui commença à protéger l'auteur, en le recommandant à César Corte, artiste célèbre, dont ce prince estimait beaucoup les ouvrages. Corte lit d'abord copier à son élève des gravures des plus grands maîtres, et il l'engagea en même temps à apprendre avec soin l'anatomie. Bientôt un seigneur de Gênes commanda plusieurs tableaux à Lucien. Une de ces compositions, représentant Diogène à moitié nu, tenant un livre dans la main droite, et sa lanterne de la main gauche, eut un grand succès. Borzone, dont l'éducation avait été soignée, avait pris longtemps des leçons d'escrime, et était un des jeunes gens de la ville les plus habiles dans cet art ; mais il s'aperçut que cet exercice alourdissait sa main, et il y renonça. Il s'appliqua ensuite à étudier la musique et les règles de la poésie. On trouve en effet quelques vers bizarres de Lucien, en langage génois, dans le recueil de J.J. Cavallo; mais ce maître ne négligea pas un moment la peinture. On lui demanda alors, pour l'église de StJoseph, son St. François recevant les stigmates. Conduit à Milan par JeanCharles Doria, qui allait y acheter des tableaux, Borzone s'y lia d'une tendre amitié avec Cérano et Procaccino, artistes recommandables, et il y fit les portraits du gouverneur de 14 la ville et da duc Octave Piccolosnini. De retour à Cènes, il grava des saintes familles et des jeux d'enfants. Il se distingua ensuite par des ouvrages qui exciter une admiration générale, surtout lai le portrait du poile Chiabrera, qu'Urbain VIII lit pla-. cer dans sa galerie, par celui du cardinal Odesralcht , et enfin par celui (le frère Tommaso da Trebbiano , de l'ordre des capucins, qui, après avoir vécu un siècle entier, mourut en odeur de sainteté. Ce dernier portrait a été gravé à Paris par Michel Lasne. Le Guide voulut entretenir une correspondance avec Lucien, et le pria de lui accorder son amitié. Rien ne manquait à la gloire de Borzone ; il recevait des commandes de toute l'Italie, de l'Espagne, de la France, lorsqu'étant occupé, sur un échafaud, à peindre une NaliViié du Sauveur, pour la famille Lomellini, en 1645, il tomba d'une grande hauteur sur un pavé qui lui fracassa la tète. Borzone laissa trois fils qui cultivèrent la peinture. — Jean- Bapiiste termina (peignes tableaux que son père n'avait pu aches er, et mourut en 1657, avant la peste qui lit tant de ravages à Gènes. — Charles fit des portraits, mais d'une dimension plus petite que celle (les portraits de son père, et mourut de la peste, la niante année. — rie- François, né en 1625, composa des paysages et des marines, variant tour à tour sa manière de peindre, tantôt dans le goût de Dughet, tantôt dans celui (le Claude Lorrain et de Salvator Rosa. Ses tableaux font beaucoup d'effet, sa couleur est tendre et suave, sa tonale delicate et légère. Il fut attiré en France par Louis \ IV, et reçut de ce monarque des récompenses et des distinctions trèshonorables. Borzone n travaillé beaucoup dans les appartements du Louvre, surtout dans celui qu'on nomme les Bains de la reine, où il peignit à l'huile neuf grands morceaux de paysages, d'une fraîcheur et d'une vérité inimitables : les rochers sont faits dans la manière de Salvator Rosa, ainsi que les souches et le feuillé de ses arbres ; les eaux y sont transparentes et limpides ; le vague de l'air et la perspective aérienne sont traités avec autant d'intelligence que de vérité. Borzone composa aussi dans le chateau de 'Vincennes différents paysages, des ports de mer et des orages. 11 retourna dans sa patrie, et mourut à Gènes en 1679, àgé de 54 ans. Coèlinans a gravé d'après MarieFrançois Borzone
  • Lucien DORIA : amiral des Génois dans leur quatrième guerre avec les Vénitiens, ou guerre de Chiozza. Lucien Doria commandait en 4378, dans . le golfe adriatique, une flotte de 22 galères, avec laquelle il prit Rov igue) en Istrie, il pilla et brûla XI. Eirado et Caorlo, et il répandit l'alarme jusque dans Ie port do \remise. Vettor Pisani, qui lui avait été apposé avec 25 galères, lui livra enfin bataille devant Pola, le 29 mai 1379. Lucien Doria fut tué dans le commencement du combat, cependant ses dispositions axaient été si bien prises, et furent si bien exécutées par Ambroise Doria son frère, que la bataille fut complètement gagnée en une heure ei demie : 15 galères • énitiennes furent prises; 1,900 prisonniers, parmi lesquels 24 nobles Vénitiens, tombèrent au pouvoir du vainqueur, et Vettor Pisani, qui s'était réfugié à Venise avec 7 vaisseaux seulement, fut jeté en prison dès son anisée , comme responsable de sa mails aise fortune
  • Lucien MUCHIZKY( 1776 - 1837) : prélat et poMe serbocroate, né en 1776 dans un village de la Syrmie , mort en mars 1837 à Carlstadt dans le Banat. Fils d'un paysan, il fut élevé d'abord dans le lycée patriarcal de Carlowiz. Il continua ensuite à Zegedin , dans l'académie des slavesgrecs, ses études qu'il , termina à l'université de Pesth. Doué d'un grand talent linguistique, il apprit promptement l'aile- . mand, l'anglais, l'italien, le français, le hongrois, ainsi que les divers dialectes slaves. Revenu dans le Banat, Muchizky, qui avait reçu les ordres sacrés, entra dans un couvent. On sait que les couvents sont les séminaires d'où sortent les di- gnitaires supérieurs de l'Église grecque. Après avoir administré quelques cures , il devint, vers 1816, évêque gréco slave de Carlstadt. Ce fut dans ce poste élevé, que Muchizky travailla au. rajeunissement de la race serbe. Il fonda un sé- minaire de sa confession à Carlstadt , où il tâcha d'initier les jeunes lévites dans des sciences qui, réputées profanes , ne restent malheureusement que trop souvent en dehors du cadre de leurs études. Quant au peuple, il institua des écoles primaires , dans lesquelles l'enseignement de la religion se faisait dès lors en langue serbe. Mais Muchizky est devenu un des restaurateurs de la langue et de la littérature serbes sur un terrain plus élevé encore il a rajeuni les anciennes ballades populaires, tirées de l'histoire nationale. L'élévation des idées, l'élan des pensées, le ton heureux des expressions, et le fini du style lui ont valu le nom de l'Horace serbe. Ses poésies ont été publiées à Pesti' en 1838, et à Bude en 1840 , en 2 volumes. Lié avec IIaj, Kopitar et Kollar, principaux slavistes de l'époque, l'évêque de Carlstadt a été un des moteurs les plus remarquables du mouvement antihongrois, quoique la cour de Vienne trouvât de son côté en lui trop de velléités d'indé pendance. Cependant Muchizky était, par la voix publique, désigné pour le siége patriarcal des Ser bes de l'Autriche, quand il mourut
  • Lucien AIMAR : cycliste
  • Lucien BAROUX : Comédien : "Messieurs les ronds de cuir"
  • Lucien BARRIERE : Patron
  • Lucien BODARD : journaliste, romancier
  • Lucien Bonaparte : frère de Napoléon Ier
  • Lucien CLERGUE : Photographe
  • Lucien de Samosate : écrivain satirique grec
  • Lucien GAINSBOURG : Lulu
  • Lucien Gallois : géographe français
  • Lucien Guitry : acteur français, père de Sacha
  • Lucien ISRAEL : Médecin
  • Lucien JEUNESSE : animateur
  • Lucien Leuwen : roman de Stendhal
  • Lucien LÉVY BRUHL : philosophe
  • Lucien MIAS : rugbyman
  • Lucien Muratore : ténor français
  • Lucien Nat : acteur français
  • Lucien NEUWIRTH : politicien
  • Lucien Noël : dit NoëlNoël, acteur et cinéaste français
  • Lucien TEISSEIRE : cycliste
  • Lucien THUILLIER : réalisateur "La vieille qui marchait dans la mer"
  • Lucien VAN IMPE : cycliste

Lucien année par année

Signe astrologique de Lucien

Couleur de Lucien

Pierre précieuse de Lucien

Chiffre de Lucien

Métal de Lucien