Les prénoms corses

le 12/11/2020 à 09h35 par 
Vous connaissez peut-être l’île de Beauté, mais connaissez-vous les prénoms corses ? Prénoms aux terminaisons typiques en -a pour les filles hier comme aujourd’hui, prénoms en -o et aujourd’hui en -u pour les garçons… Passons en revue ceux d’autrefois comme ceux désormais à la mode, ainsi que les évolutions et les caractéristiques des prénoms de l’île. Pour donner des idées aux parents amoureux de la Corse !Marie-Odile Mergnac

1 / 12 Anonyme comme prénom...

113575 original


Autre caractéristique corse : si le parrain pressenti est absent, le baptême est reculé jusqu’à son retour et le filleul potentiel reste « non nommé ».

Si le parrain meurt, qu’on oublie d’en choisir un autre et de faire baptiser l’enfant, le petit reste appelé « Anonyme ».

On trouve ainsi, dans les registres paroissiaux ou les tout premiers registres d’état civil du XIXe siècle, quelques octogénaires toujours inscrits avec « Anonyme » comme prénom…

2 / 12 Les prénoms corses d'hier à aujourd'hui

113576 original

Vous connaissez peut-être l’île de Beauté, mais connaissez-vous les prénoms corses ?

Prénoms aux terminaisons typiques en -a pour les filles hier comme aujourd’hui, prénoms en -o et aujourd’hui en -u pour les garçons

Passons en revue ceux d’autrefois comme ceux désormais à la mode, ainsi que les évolutions et les caractéristiques des prénoms de l’île. Pour donner des idées aux parents amoureux de la Corse !



Marie-Odile Mergnac

3 / 12 Le palmarès corse féminin actuel

113577 original


En ce début de XXIe siècle, les prénoms qui l’emportent en Corse pour les filles se terminent en général par -a, un phénomène d’autant plus marqué qu’il est général dans toute l’Europe.

Les plus donnés dans l’île ces dernières années sont :

Emma, Léa, Camille, Laura, Chloé, Lésia (une nouveauté caractéristique de la Corse, mais qui reste rare encore dans le reste de la France), Carla, Clara, Sarah, Celia, Francesca, Maria

4 / 12 Les prénoms féminins de l'histoire et de la littérature corse

113578 original


Colomba, le prénom de l’héroïne corse de Prosper Mérimée, n’a guère réapparu malgré sa terminaison en -a. Il est à nouveau épisodiquement donné depuis les années 1980, mais jamais à plus d’une dizaine de petites filles par an.

Reviennent en revanche au goût du jour les prénoms Letizia (porté par la mère de Napoléon) et les Vannina (diminutif de Giovannina, porté par l’épouse du nationaliste corse Sampiero).

5 / 12 Le palmarès corse masculin actuel

113579 original


Les prénoms masculins actuellement les plus donnés sont :

Lissandru (forme corse d’Alexandre, qu’on prononce Lissandrou), Enzo, Baptiste, Thomas, Raphaël, Alexandre (présent dans le palmarès malgré la présence de Lissandro, on trouve aussi de nombreux Alessandro), Mateo, Maxime, Antoine (le prénom du saint patron des bergers, toujours très aimé dans l’île, présent aussi sous les formes Anto ou Antone)…

6 / 12 Les prénoms masculins de l'histoire et de la littérature corse

113580 original


Au XIXe siècle, Dominique et Antoine étaient des prénoms corses majeurs.
Antoine l’est toujours, mais Dominique est en perte de vitesse.

On voit revenir en revanche le très ancien prénom Orso (Ours).

Quant à Pascal, porté par Pascal Paoli, homme politique majeur de la Corse indépendante au XVIIIe siècle, il n’est pas mieux implanté là qu’ailleurs.

Napoléon non plus ne réussit pas à refaire surface.

7 / 12 Les anciens prénoms corses féminins

113581 original


Voici quelques anciens prénoms corses féminins, portés principalement du XVIe siècle jusqu’au XVIIIe siècle et qui pourraient être remis à l’honneur :

Aleria, Amanza, Andrea, Andria, Garina, Catalina, Catarina, Cecilia, Corinda, Dalila, Delfina, Elisabetta, Felicita, Filumena, Fiora, Gavina, Isolda, Isolina, Lauda, Laurina, Lisandra, Lucrezia, Marfisa, Marguerita, Orsenia, Ortensia, Pagona, Palma, Quillina, Racilia, Silvia, Tristana...

8 / 12 Les anciens prénoms corses masculins

113582 original


Voici quelques anciens prénoms corses masculins :

Agnanu, Agrippinu, Albertu, Alfu, Anianu, Antoninu, Arcadiu, Aureliu, Boromeu, Carlu, Clemente, Columbanu, Constantino, Cristanu, Cristofino, Curtius, Decius, Dominico, Edimu, Egistu, Emiliano, Ernustu, Ettore, Francesco, Fredianu, Gelasiu, Ghilfuccio, Gioffredu, Giustu, Justino, Leocadiu, Leone, Lucchetto, Martinu, Medoro, Ofileu, Orfeu, Orseniu, Ottaviu, Paolo, Pietro, Sale, Sambuco, Sampieru, Santu, Siricus, Teodoru, Teramo, Tieriu, Tristanu, Tullio, Ubertu, Vitturinu...

9 / 12 Des prénoms à l'origine des patronymes corses

113583 original


Les noms de famille sont nés en Corse plus tard que sur le continent et surtout à partir des prénoms, avec un suffixe -i évoquant la filiation.

Paoli signifie « fils de Paolo », Pietri « fils de Pietro », Agostini « fils d’Agostino », Franceschi de Francesco, Mattei de Matteo, Terami de Teramo (c’est-à-dire d’Érasme), Tulli de Tullio, Luchetti de Luchetto (petit Luc), Luigi ou Ludovici de Ludovico, Marcantoni de Marc’Antonio, Raffaeli de Raffaelo...

10 / 12 De nombreux prénoms religieux en Corse

113584 original


Nombreux sont les anciens prénoms corses construits par référence au christianisme.

Pascal évoque la fête de Pâques, et les prénoms des évangélistes et des grands saints sont aussi très appréciés.

Mais on trouve aussi des Santo (Toussaint), Annunciata (Annonciation), Ange, Angelo, Arcangelo ou Serafina (qui évoquent les anges), Sale ou Ghjuvan Sale (le sel du baptême), Salvo (Sauvé, sous-entendu : par le baptême), Agnolo (agneau de Dieu), etc.

11 / 12 Les prénoms les plus donnés en Corse en 1800

113585 original


En 1800, les prénoms corses sont ceux que l’on retrouve sur toute la France… ou presque.

Jean arrive en tête comme partout (16 % des garçons), suivi d’Antoine (chouchou de toujours dans l’île de beauté), de Joseph, Pierre, Paul, François, Simon… mais on trouve l’inhabituel Nonce au 8e rang.

Côté filles, Marie en nomme une sur deux.
Puis Anne, Angèle, Blanche, Rose, Laure, Julie, Antoinette, mais le plus rare Angeline surgit au 9e rang, devant Catherine.

12 / 12 Les prénoms des morts

113586 original


Sous l’Ancien Régime, le bébé corse recevait souvent le prénom de son parrain, de sa marraine ou de ses grands-parents, ce qui était également fréquent sur le continent.

Mais ce qui est spécifique à l’île c’est qu’on donnait volontiers au nouveau-né le prénom du dernier mort de la famille, même d’un cousin lointain ou d’une grand’tante.

Et la première fille née d’un second mariage prenait quasiment toujours le prénom de la première épouse défunte.

Commentaires

Vous devez vous pour déposer un commentaire