Prénoms > Histoire, étymologie et signification > Les modes classent et déclassent les prénoms

2,3 / 5 ( 3 votes ) Votre note

L'image sociale des prénoms

On parle depuis des années de l'utilité du CV anonyme dans le cadre des recherches d'emploi pour éviter toute discrimination ethnique à partir du nom de famille. Mais on pense plus rarement aux prénoms, qui sont pourtant parfois des marqueurs sociaux assez nets...

Les modes classent et déclassent les prénoms

Les modes classent et déclassent les prénoms


"A côté de l'élément romanesque, signale Victor Hugo à propos du choix des prénoms de son temps, il y a le symptôme social. Il n'est pas rare aujourd'hui que le garçon bouvier se nomme Arthur, Alfred ou Alphonse, et que le vicomte - s'il y a encore des vicomtes - se nomme Thomas, Pierre ou Jacques. Ce déplacement, qui met le nom élégant sur le plébéien et le nom campagnard sur l'aristocrate n'est autre chose qu'un remous d'égalité. L'irrésistible pénétration du souffle nouveau est là comme en tout. »

On peut évoquer aussi Nicolas, prénom bien porté à la fin du XVIIIe siècle, prénom déclassé et réservé aux paysans modestes à la fin du XIXe siècle, prénom à nouveau bourgeois dans les années 1970
Ce qui n’empêchait pas les arrière grand-mères nées dans les années 1910 de marmonner qu’elles ne comprenaient pas pourquoi on donnait à leur descendance un prénom de vieux meunier.

Autre exemple : Baptiste, revenu à la mode à peu près à la même époque, est resté peu attribué dans les classes sociales privilégiées qui l’assimilaient à un prénom de domestique du début du XXe siècle.

TOP DES PRÉNOMS 2019
  1. 1. Emma
  2. 2. Louise
  3. 3. Jade
  4. 4. Alice
  5. 5. Mila
  6. 6. Chloé
  7. 7. Inès
  8. 8. Lina
  9. 9. Léa
  10. 10. Léna
  1. 1. Gabriel
  2. 2. Louis
  3. 3. Raphaël
  4. 4. Léo
  5. 5. Adam
  6. 6. Jules
  7. 7. Lucas
  8. 8. Mael
  9. 9. Hugo
  10. 10. Liam