Comment écrire un prénom japonais ?

Tous les prénoms japonais ont une signification , mais qui est à tiroir car une même phonétique peut s’écrire ou se décomposer selon trois systèmes d’écritures : – les kanjis , système idéographique chinois introduit dans le pays au IIIe siècle, où chaque signe correspond à un sens (et pas à un son). Le nombre des kanjis a été réduit par l’Etat de 50 000 signes à 1 900 signes "d’usage courant" en 1946 (leur nombre réel reste bien plus élevé), dont un millier doivent être connus à la fin de l’école primaire. Parmi eux, certains ( les jinmai kanji ) peuvent être utilisés pour former des noms acceptés par l’état civil. – deux systèmes syllabiques proprement japonais comportant 47 signes (un par son) : le katakana, dont les caractères restent bien différenciés, et le hirakana, écriture cursive courante liant les caractères entre eux. En général, les prénoms s’écrivent en kanjis , ce qui signifie qu’ils ont plusieurs prononciations possibles mais un seul sens s’ils s’écrivent avec un seul signe. En revanche, dès qu’ils s’écrivent avec deux signes ou qu’ils sont transcrits en système syllabique, ils peuvent avoir plusieurs sens . Ainsi Michi s’écrit avec un kanji double qui a deux sens : " trois mille " ou " chemin ". Masahide peut se décomposer en masa-hi-de (de masa -, droiture , - hi -, soleil ou jour , et du suffixe - de ) ou masa-hide (de masa -, droiture , et - hide , excellence ). Chiyohiro peut s’écrire avec différents signes : chi ( mille ), yo ( région , ou hiver ), et hiro ( grand ) ou bien chiyo ( mille générations ) et hiro (grand, ou largesse). Même si dans les classes les plus cultivées, on continue à préférer écrire les prénoms en kanjis, parce que cela précise le sens, les Japonais utilisent de plus en plus les systèmes syllabiques pour les transcrire. On utilise en général les katakanas pour les garçons et les hirakanas (car l’écriture est plus fluide et semble plus douce, plus élégante) pour les filles .

Les prénoms masculins japonais

Les prénoms associent en général deux éléments graphiques, même si, comme on l’a vu, on peut les décomposer s’ils sont eux-mêmes multi-syllabiques, en d’autres signes donc d’autres sens. L’empereur Hiro-Hito , qui régnait pendant la Seconde Guerre mondiale, portait un nom signifiant "grande humanité" ; des éléments fréquemment utilisés pour les fils, avec d’autres comme : Ari, existence , Haru, expansion ou printemps , Kiyo, pureté , Masa, droiture , Taka, éminence , Nobu, fidélité … que les parents associent au gré de leurs envie. Mais il existe de nombreux prénoms japonais de garçons, terminés par - , qui veut dire " fils " ou " homme ", qui rappellent simplement leur rang dans la fratrie : - Ichirô signifie "le premier fils", Jirô "le deuxième", Saburô "le troisième", Shirô "le quatrième", Gorô "le cinquième", Rojkurô "le sixième", Shichirô "le septième", Kurô "le huitième", Jurô "le dixième". Parfois le prénom associe même deux nombres , évoquant à la fois la place de l’enfant dans sa fratrie et celui de son père dans la sienne : Shirotarô , c’est "le quatrième fils de l’aîné", Kurogorô "le neuvième fils du cinquième fils"… Parfois, ces prénoms "chiffrés" sont associés à une des qualités évoquées précédemment. Kirokurô par exemple, c’est "joie, sixième fils", et -rô est parfois remplacé par -zô .

Les prénoms féminins japonais

Les prénoms féminins sont souvent plus courts que les masculins, deux syllabes en général , et se terminent souvent, même si la mode commence à passer, par -ko, qui signifie "enfant" et ajoute au qualificatif retenu une idée de petitesse, de gentillesse . Le couple princier actuel a ainsi nommé sa fille Aïko (amour + enfant) , mais d’autres prénoms très fréquents ont la même terminaison : Akiko , c’est " enfant de l’automne ", Haruko c’est " enfant du printemps "… On utilise aussi de plus en plus les kanjis mi , "beauté" ( Misaki, c’est "beauté + bonheur" ) ou "gentille" . Les racines qui leur sont associées sont souvent plus concrètes que celles utilisées pour les prénoms masculins. Elles évoquent des choses, des objets ou des êtres vivants , plutôt que des idées ou des caractéristiques abstraites. Parmi celles fréquemment utilisées : - Chô , "papillon", - Tori , "oiseau", - Yuri , "lys", - Take , "bambou", - Fuki , "bouton d’or", - Tama , "pierre précieuse", - Kin , "or", - Ito "soie"…

Et les prénoms japonais de demain ?

La variété des prénoms japonais , puisque l’imagination peut y intervenir, est particulièrement grande, plus encore pour les filles que pour les garçons, et cette variété semble s’accroître actuellement. Mais un phénomène récent est l’ apparition de prénoms à consonance occidentale, comme Anna, Maria, Rina … Alors, à quand des Manon, des Camille et des Mathilde au Japon ?

Commentaires