Le prénom Omer Masculin

Origine :

Fête :

09 Septembre

Signification de Omer

Omer est un prénom masculin qui décrit un homme obstiné, avec un charisme impressionnant. Malgré son franc succès auprès de la gent féminine, il n’a pas une image de grand tombeur. Effectivement, de nature romantique, il se réserve à la femme avec laquelle il sent une véritable connexion. Il est habité par un sens de la famille développé et fait de ses proches une grande priorité. Dans la vie, Omer cherche avant tout une bonne situation financière. Il n’est pas du genre à se jeter à corps perdu dans une aventure dont l’issue n’est pas encore sûre. Il hésite ainsi à investir dans les jeux de hasard et les paris.

Personnalité de Omer

Ils sont d'une énergie et d'une endurance exceptionnelles. Robustes, pondérés, intelligents, ils sont curieux et s'intéressent à tout. On s'enrichit toujours en leur compagnie. Discrets, combatifs, fiers, ce sont des sentimentaux qui préservent leur jardin secret. Ils ont le sens des affaires. Ambitieux, ils mettent tout en oeuvre pour réussir.

Provenance du prénom Omer

Histoire de Omer

Etymologie de Omer

Les Omer célèbres

  • Omer TALON( 1595 - 1652) : l'un des plus célèbres avocats généraux du parlement de Paris, était né vers 1595. Sa famille était originaire d'Irlande, où elle possédait des terres et des places considérables. Le preniier de ses ancêtres qui s'établit en France, fut nommé colonel d'un régiment irlandais sous Charles IX . Depuis, les Talon n'ont pas cessé de fournir à la magistrature des personnages recomtnantlables par leurs vertus et leur capacité. Orner acheva ses études sous Dautruy, de Troyes, savant docteur de Sorbonne, qui resta son conseil et son ami. Dirigé par cet habile maitre, il fit de rapides progrès dans les lettres, l'histoire, le droit et la théologie. Il fut admis, en 1613, dans l'ordre des avocats, et ne tarda pas à se signaler au barreau. En 16'25, il épousa , t. 2, p. 261. Françoise Doujat, fille d'un avocat général de la reine Marie de Médicis et de Gaston, duc d'Orléans. Dès lors, il partagea tout son temps entre les affaires et les soins qu'il devait à sa famille, Son frère aîné lui offrit la charge d'avocat général au parlement, qu'il se proposait de quitter. Je la refusai d'aberd, ditil, comme un emploi trop lourd et trop difficile ; néanmoins, après une longue résistance, laquelle, de ma part, n'était ni feinte, ni affectée, la sollicitation de ma femme et de mes proches fut si pressante que je lâchai pied et promis de faire ce qu'on voulut. » Il en prit possession le 15 novembre 1631; et bientôt il surpassa tous ses prédécesseurs. Pendant vingtdeux aus qu'il remplit cette charge, il eut l'occasion de traiter les questions les plus importantes de notre droit public, et il le fit avec une clarté et un ordre admirables. Supérteur à tous les orateurs de son temps, il évita presque tous leurs défauts, dont le plus grand était l'affectation ridicule d'un savoir inutile, et donna le premier l'exemple d'une éloquence simple et grave. Durant les troubles de la Fronde, il prouva son attachement à ses devoirs et son dévouement à la eause royale. Si, dit le cardinal de Retz, on remarqua quelques contradictions dans sa conduite, n'est qu'il était emporté, comme tous les autres, par les torrents qui courent dans ces sortes de temps, avec une impétuosité qui agite les hommes en un même moment de différents côtés . Ses vertus et sa franchise donnaient à Talon une grande influence sur les déterminations du parlement. Il s'en servit constamment pour maintenir cette compagnie dans le devoir envers le souverain, ou pour l'y rappeler, quand elle s'en écartait. La régente ayant invité Gaston , duc que Talon prononça cette improvisation que le cardinal de Retz regardait coinme une des plus belles qui eussent été faites. «Toute la compagnie, ditil, fut émue si fortement, que j'en vis la clameur des enquètes commencer à s'affaiblir . » Le chagrin que Talon éprouvait de la continuation des troubles finit par altérer sa santé. Il tomba malade d'hydropisie, et les médecins jugèrent bientôt le mal sans remède. Quelques mois auparavant, sentant déjà sa fin prochaine, il avait dressé pour son fils une règle de conduite qui contient, ajoute le digne fils, dont nous empruntons les expressions, des sentiments si chrétiens, si élevés et si dignes d'un homme d'honneur, que j'en estime plus la possession que celle des biens qu'il me peut avoir laissés . » Lorsque son fils se présenta devant son lit pour lui demander sa bénédiction, il lui dit, par trois fois: s Mon fils, Dieu te fasse homme de bien. D Il mourut, le 29 décembre 1652, à l'âge de 57 ans, et fut inhumé dans une chapelle de l'église StCôme, où reposaient déjà son père, sa mère, son frère aîné et son précepteur Jean Dautruy. Orner Talon laissait des Mémoires de son temps, mèlés de pièces justificatives. Son fils les a continués jusqu'au mois de juin 1653. Ils ont été publiés par Ant.Franc. Jolly , la Haye, !73,8 vol. Cette édition , imprimée d'une manière peu correcte, laisse d'ailleurs beaucoup à désirer, l'éditeur s'étant servi d'un manuscrit incomplet, et dans lequel les matières étaient mal classées, défaut qu'il n'a pas pris le soin de corriger, Voltaire juge ces Mémoires utiles, dignes d'un bon magistrat et d'un bon citoyen. Sans doute le public en accueillerait avec plaisir une nouvelle édition. Pendant longtemps on n'a connu Talon comme orateur, que par le témoignage de ses contemporains, et par quelques fragments de ses discours insérésdans des Recueils où peu de lecteurs avaient la facilité de les chercher. On savait pourtant qu'il existait un recueil, en 15 volumes des plaidoyers d'Omer Talon et de Denis, son fils . Cette précieuse collection ayant été acquise pour la bibliothèque de la chambre des députés, Rives, avocat à la cour de cassation, en a extrait les morceaux les plus intéressants, qu'il a publiés sous le titre d'OEuvres d'Orner et de Denis Talon, Paris, 1821 , 6 vol. : le premier contient les discours d'Orner sur des questions politiques, au nombre de quarantequatre ; et son éloge de Jérôme Bignon , qu'il avait composé pendant une maladie grave de ce magistrat, en faisant des voeux pour qu'il fût inutile . L'éditeur l'a fait précéder d'un avertissement de FEloye d'Omet Talon, en latin , par Lallemant, professeur d'éloquence au collège Mazarin, avec la traduction française en regard, et d'un discours sur l'éloquence judiciaire en France. Il a placé à la fin , comme modèle de l'éloquence du temps, l'Eloge prononcé, en 1611, par Nicolas de Verdun, premier président du parlement de Paris, du grandpère de la femme de Talon. Le second volume contient cinq discours et vingtquatre mercuriales de Denis Talon, précédés d'un avertissement de l'éditeur. Les deux volumes suivants renferment des plaidoyers d'Orner Talon, au nombre de quaranteneuf, et les deux der- niers, ceux de Denis, au nombre de quatrevingtonze. Tous deux, dit Rives, auraient atteint la perfection de l'éloquence judiciaire sous le rapport de la diction, s'ils eussent moins scrupuleusement sacrifié au désir d'égaler le style périodique des anciens. Ils essayèrent, il est vrai, de se soustraire à ce culte superstitieux de l'antiquité ; mais encouragé par l'exemple de son père, Denis, surtout, aurait dû aller beaucoup plus loin . Eu 1631, Ill Et non pas l'abbé Joly, comme le dit Rives, Avertiss., p. X. (21 Ce souhait fut exaucé , puisque &gnon ne mourut qu'en 1656, quatre ans après Talon. époque des débuts d'Orner Talon, aucun des ouvrages immortels dont s'honore le grand siècle de notre littérature n'avait paru ; et même la plupart des écrivains qui devaient l'illustrer, n'étaient pas encore nés. Leportrait d'Omer Talon a été gravé, d'après Phil. de Champagne, par Morin et par Mellan. Il fait partie du Recueil de Moncornet
  • Omer TALON : littérateur du 16° siècle, était né, suivant LacroixduMaine, dans le Vermaiidois. On lit dans le Dictionnaire de Moréri , et sans doute ailleurs . Orner s'appliqua a l'étude des langues et de la littérature anciennes. En 1534, il fut pourvu d'une chaire de rhétorique au collége du cardinal le Moine; et il la remplit d'une manière brillante. Lié de l'amitié la plus étroite avec le célèbre et malheureux Ramus, son compatriote, il dut employer tout son crédit pour faire adopter par l'université les changements que Ramus proposait dans l'enseignement des in En eff, , il est impossible d'admettre qu'Orner Talon, né vers 1510, fût le second fils d'un colunel au service du Cliaries IX, qui ne parvint au trône qu'en 1560. langues et de la philosophie; mais rien ne montre qu'il ait partagé le penchant de son ami pour les réformes religieuses. On croit assez généralement que Talon était ecclésiastique; et quelques auteurs assurent, mais sans preuve, qu'il fut nommé curé de StNicolas du Chardonnet. Une maladie cruelle. et qui, dans un autre temps, donnerait une opinion peu favorable de ses mœurs, empoisonna ses dernières années. L'état déplorable auquel il était réduit ne pouvait lui permettre de prendre part à la querelle de Ramus contre Turrine. Cependant Ramus employa le nom de son ami dans cette guerre ; mais Turnèbe reconnut facilement cette petite ruse . Orner Talon mourut, en 156'2, à l'âge au moins de 50 ans. Le P Daire a donné la liste de ses ouvrages, qui n'offrent plus aucun intérêt, dansl'Hiqoire littéraire d'Amiens, p. 94 et suivantes. lis ont été recueillis par Thom. Freig. Bâle, P. Perna , 1575, in 4° de 706 pages. Ce volume I: est orné d'une préface de l'éditeur , on y trouve un Traité de rhétorique élétnentaire ), qui eut une grande vogue dans tout le cours du 16° siècle. La première édition est celle de Paris, 1544 ou 1545 Parmi les nombreuses réimpressions de cet ouvrage. on doit citer celles que Cl. Minos et Jean Piscatorius ou le Pêcheur, ont accompagnées de leurs commentaires. Antoine Foquelin, compatriote de Talon, l'inséra tout entière dans sa Rethorique française , Paris, 1557 ouvrage oublié depuis longtemps, et que, par ce motif, on n'a pas cru devoir mentionner à l'article de Foquelin . Ws,
  • Omer Englebert : écrivain français plusieurs grandprêtres juifs du 3e au 1er siècle av JCaphérèse de Hieronymus,

Omer année par année

Signe astrologique de Omer

Couleur de Omer

Pierre précieuse de Omer

Chiffre de Omer

Métal de Omer