Le prénom Andrea Féminin

Origine :

Fête :

30 Novembre

Signification de Andrea

Le prénom Andréa vient du grec « Andros ». Les femmes portant ce prénom ont besoin de se sentir libres. De nature calme, elles n’aiment pas qu’on leur mette la pression. Le changement est une bouffée d’air frais qu’elles souhaitent respirer régulièrement. Romantiques, elles aiment murmurer des mots doux à leur conjoint pour leur rappeler à quel point elles tiennent à eux.
Prénom attribué à des femmes françaises connues dans le monde du cinéma, comme Andréa Parisy, actrice, il est également porté par des hommes célèbres en Italie. Cependant, il est écrit sans accent sur le « e », notamment Andrea Bocelli, chanteur lyrique, et Andrea Pirlo, footballeur.

Personnalité de Andrea

Leur émotivité à fleur de peau et leur extrême sensibilité les rendent plutôt coléreux. Il vaut mieux éviter de les contredire, car leurs convictions sont inébranlables. Volontaires, têtus, ils sont combatifs. Ils aiment s'entourer d'amis ; la solitude n'est pas faite pour eux. Leur morale n'est pas toujours rigoureuse. Ils ont le sens des affaires et de l'argent.

Provenance du prénom Andrea

Histoire de Andrea

Etymologie de Andrea

Les Andrea célèbres

  • Andrea BIANCHO ou BIANCO : géographe de Venise, a vécu au commencement du 15' siècle. Il est connu par un recueil de cartes hydrographiques, resté pendant longtemps en oubli dans la bibliothèque de StMarc, et qui porte en tète : An- dreas Manch° de Vendis nie fecii , MCCCCXXXVI. L'abbé Morelli, Conservateur de cette bibliothèque, le communiqua à Vicenzo Formaleoni ; et ce dernier en a copié trois cartes, qu'il a publiées à Venise, Cu 1783, avec une dissertation assez longue que l'on trouve it la suite d'un petit ouvrage intitulé Saggio sulla naulica antica de' Veneziani. La date de ce .recueil de cartes est antérieure de plusieurs années à la découverte du cap de BonneEspérance, et précède de cinquantesix ans celle de l'Amérique, puisque Christophe Colomb ne vit cette partie du globe, pour la première fois, que le 11 octobre 1492. Le principal mérite des cartes de Biancho est de nous faire connaître l'étendue de la navigation des Vénitiens avant la découverte du nouveau monde. Ils avaient quelques notions sur les côtes de la mer d'Allemagne et de la Baltique. Il parait cependant qu'ils les fréquentaient peu ; car les cartes de ces mers, comprises dans le recueil de Biancho, sont trèsimparfaites. Les côtes de la Méditerranée y sont représentées avec de grands détails et beaucoup d'exactitude, relativement à l'ancienneté de l'ouvrage ; mais celles de la mer Noire, où le commerce était alors trèsflorissant, doivent être plus fidèlement tracées qu'on ne pourrait le faire aujourd'hui, que l'accès nous en est fermé. Une des cartes publiées par Formaleoni contient les côtes occidentales n'est autre que l'île du Pic, sur laquelle il y a un volcan. Formaleoni nous a transmis la copie d'un planisphère ancien, qui fait partie du recueil de Biancho ; il n'offre rien d'utile, mais il peut satisfaire la curiosité. On y voit la représentation du paradis terrestre, à côté de celle d'Alexandrie, toutes deux placées à l'extrémité du monde. La tour de Babel, le tombeau de Mahomet, le Vieux de la montagne, les rois des pays connus y sont dessinés à l'endroit où l'on croyait que leur empire devait exister. Telle était la manière du temps. Il paraît que les objets représentés sur le planisphère de Bianchi) ont été copiés d'après la carte de Picigano que l'on vient de citer, ou bien que c'est une imitation de cette carte qui, vraisemblablement, n'est pas ellemême entièrement originale. La première carte du recueil de Bianco est aussi en tète de l'ouvrage de Formaleoni ; c'est un monument précieux de la science nautique ; on y voit une boussole , des figures de géométrie et des tables nautiques, qui nous font connaître que les navigateurs de son temps se servaient de calculs et d'opérations graphiques, pour tenir compte de la route de leurs navires, et trouver le lieu du globe où ils devaient être. Il est cependant nécessaire d'observer qu'ils ne faisaient pas encore usage de la latitude et de la longitude pour fixer la position des lieux : aucune des cartes de Blanche' ne porte dé- chelle de latitude et de longitude ; l'instruction qu'il donne sur sa première carte pour calculer les routes ne peut laisser de doute à cet égard. ils ne se servaient que des distances qui séparent les divers lieux, et des directions dans lesquelles ils étaient situés les uns par rapport aux autres. Chaque carte porte une échelle propre à faire connaître les distances
  • Andrea GALLO( 1732) : savant italien , né à Messine en 1732 , s'appliqua dès sa jeunesse à l'étude des mathématiques, de la physique et de l'astronomie , et fabriqua même un télescope de neuf pieds de longueur pour observer les phases et les éclipses de la lune. Membre, dès sa création, d'une académie d'antiquités et d'histoire naturelle , fondée par l'archevêque de cette ville, il se fit remarquer dans la carrière scientifique , en expliquant avec précision le phénomène maritime connu sous le nom de la renia, flux et reflux trèsrapide qui a lieu de six heures en six heures, dans le détroit du Phare de Messine. Il publia aussi des observations sur le tremblement de terre qui bouleversera cette contrée en 1783; enfin il se proposait de donner une histoire naturelle de la Sicile, et il avait réuni dans ce but un grand nombre de documents et d'objets d'art; mais sur la fin de sa vie, des besoins pressants l'ayant contraint de vendre son musée, il lui fut impossible de continuer son travail. Gallo mourut à Messine en mai 1814. La plupart de ses écrits ont été insérés dans la Collection d'opuscules d'auteurs siciliens, imprimée à Palerme; les principaux sont : 10 Observatio lunaris eclipsis XV pal. junii 4761 ; 2. Dissertation sur un calice antique d'os , présenté à l'Académie florentine. Cet ouvrage et les suivants sont en italien Explication relative à une idole de marbre ; 4‘, Discours sur la croyance et sur le culte des démons chez les gentils ; 5° Explication d'un marbre découvert dans l'église de St- Jacques à Messine , en l'année 1751; 6. Deux lettres au très- érudit prince de Biscari , sur la hache sépulcrale des anciens ; 7° Deux lettres a II. Jean Houe! , peintre du roi à Paris, sur son Voyage pittoresque en Sicile ; Description historique et archéologique sur l'antique Médire de Taormina, avec pl. ; 9° Lettres d'Aldo la Grane à un ami, Livourne, 1757 fig. Dans cet écrit pseudonyme, Gallo réfute deux lettres du P. A.M. ',tipi , relatives aux antiquités et au détroit du Phare de Messine. 10. Lettres écrites à , 11. le chevalier N., des Académies royales de Londres, de Bordeaux et d'Upsal , sur le tremblement de terre de 1783, avec un journal météorologique , Messine, 1783 fig. C'est un récit trèscirconstancié de ce grand désastre. Nonseulement Gallo y mentionne les signes précurseurs de la catastrophe, les accidents qui l'accompagnèrent, l'état de l'atmosphère, la durée de chaque secousse , mais il cherche à en assigner les causes. Il pense qu'un feu électrique parti du volcan de Stromboli, une des lies Lipari, a pu enflammer les matières nitreuses et sulfureuses qui saturaient le sol sur lequel Messine était construite. Quoique toutes les hypothèses de ,k) n' l'as été goûtées des savants, son M erg. regardé comme un des meilleurs ,otu ait publiés sur ce déplorable événement. — Gut» , né à Casanova pris , pic si on ne laisse pas les eaux stagnantes sur la riziere, cette culture ne nuira point à la santé des hommes. Cette théorie a été plus amplement développée dans le livre sur la Culture du rn et de la manière de l'introduire en Fronce sans porter atteinte à la salubrité publique, que. nous avons publié en 1818, chez liradame Iltizard, à Paris. Le docteur Gallo mourut à Turin en 1815. Il était membre de l'Académie des sciences et des arts de Padoue , médecin en chef grand hôpital de StJean et professeur honoaire .l• l'université tic Turin. Sa vaste érudition et son désintéressement (tans l'exercice de sa profession lui avaient mérité l'estime générale. Outre Ifs theses tkjà citées, on a de lui en langue italienne : 1° latroduchon à la médecine pratique Verceil, 1779, ; lir: flexions theuriques et pratiques sur les maladies rrneriennes, 1 ï K I ; . ' 06. es- rations sur les erreurs des praticiens en inedeeine, Turin , itwo, I® Obserratiuns sur les erreurs en pratique dans le traitement des . fl. rres, ibid., 1800 , Obserrations sur les erreurs dan r le traitement des ficers interaattenI. i?id
  • Andrea BOCELLI : chanteur lyrique
  • Andrea GAUDENZI : tennisman
  • Andrea JAEGER : tennisman
  • Andréa DE CESARIS : pilote de formule 1
  • Andréa FERREOL : Comédienne

Andrea année par année

Signe astrologique de Andrea

Couleur de Andrea

Pierre précieuse de Andrea

Chiffre de Andrea

Métal de Andrea