3,7 / 5 ( 232 votes ) Votre note

Signification du prénom Jeanne / féminin

Etymologie de Jeanne

Vient de l'hébreu "yo et hânan" Signifie : "Dieu est miséricordieux" Se fête le 8 ou le 30 mai.

hébraïque : de Yohanân, Dieu a fait grâce.

Les dérivés sont :

Janie, Janine, Janique, Jeanine, Jeannice, Jemmie, Jennie, Jennifer, Joanna, Joanne, Vanina

Origine de Jeanne

Le prénom Jeanne est issu de l’hébreu Yehohanan signifiant « Dieu pardonne ». Jeanne est considérée comme l’équivalent masculin de Jean.
Le prénom Jeanne a commencé à être utilisé au Moyen Âge. Il décroche la deuxième place du top 50 des prénoms les plus célèbres de France dans les années 1900. Bien que sa popularité soit actuellement moins imposante par rapport à ses dérivés, on compte encore plus de 530 000 Jeanne dans l’Hexagone.
Ayant entendu des voix lui demandant de libérer la France des Anglais, Sainte Jeanne d’Arc redouble de courage et parvient à chasser les envahisseurs avec l’aide de l’armée. Elle aide également le roi Charles à accéder au trône. Accusée d’hérésie, elle est brûlée vive au XVe siècle. Sa fête est honorée le 30 mai.
Parmi les prénoms dérivés de Jeanne, on peut citer Jean, Jennifer, Johanna, Janie, Jane, Jeanine et Jenny.

Histoire de Jeanne

Née à Domrémy dans les Vosges en 1412 pendant la guerre de Cent Ans, Jeanne d'Arc contraint les anglais à lever le siège d'Orléans, le 8 mai 1429. Elle fait sacrer le roi Charles VII à Reims. Faite prisonnière à Compiègne, elle est livrée aux anglais, puis jugée et brûlée vive à Rouen, le 30 mai 1431.

Quand fête-t-on les Jeanne

Fête usuelle: Jeanne

30 mai

Née à Domrémy, dans le Barrois (ou duché de Bar), le 6 janvier 1412, Jeanne est la fille de Jacques d'Arc et d'Isabelle Romée. Elle a treize ans lorsqu'elle commence à entendre "les voix" qui, pendant quatre ans, vont la préparer à sa mission. En 1428 elle réclame une escorte à Baudricourt, capitaine royal en poste à Vaucouleurs, pour rejoindre Charles VII à Chinon mais n'obtient satisfaction qu'en mars 1429. Ayant reconnu le roi dissimulé parmi ses courtisans, Jeanne réussit à le persuader de la réalité de sa vocation. Une petite armée lui est confiée qui lui permet de reprendre Orléans aux Anglais le 8 mai 1429. En juin et juillet elle délivre Loches, Beaugency, Patay, libère Auxerre, Troyes, Châlons, et fait sacrer Charles VII à Reims le 17 juillet. Jeanne a-t-elle rempli là sa mission ? Ses voix se taisent soudain. Arrivant à Paris par la porte Saint-Honoré, elle est blessée en septembre. Elle échoue à La Charité-sur-Loire, s'empare de Compiègne mais tombe dans les mains des Bourguignons. Vendue aux Anglais en mai 1430, Jeanne est emprisonnée à Rouen et jugée par un tribunal ecclésiastique (cent vingt-six évêques, abbés bénédictins, dominicains, théologiens) que préside Pierre Cauchon, évêque de Beauvais. Elle se défend avec simplicité et courage, soutient que ses voix ne l'ont pas trompée et fait confiance à Dieu de qui elle n'a jamais douté. Le 23 mai 1431 elle est condamnée au bûcher en tant que "menteresse, blasphèmeresse, invocateresse du diable, abuseresse du peuple, idolâtre, dissolue, cruelle, apostate, hérétique, shismatique", etc L'article 10 du jugement prétend qu'elle a également commis un péché contre la charité en disant que ses voix refusent de parler anglais ! Sur la place du Vieux-Marché, le 30 mai 1431, vers neuf heures, Cauchon l'insulte encore, la qualifiant de "membre pourri à rejeter de l'Église afin qu'il n'infecte pas les autres membres du Christ". Dans le crépitement sinistre des flammes Jeanne crie plusieurs fois "Jésus" et aussi, très distinctement : "Mes voix ne m'ont pas trompée; mes voix étaient bien de Dieu". Lorsque s'effondre la torche qu'est devenue son corps, les yeux du bourreau s'ouvrent tout à coup : "Nous avons brûlé une sainte", confesse-t-il. L'Église mettra presque cinq siècles pour en convenir : "Jeanne la Pucelle", la "fille de Dieu", comme l'appelaient ses voix, n'est canonisée qu'en 1920. Pie XI la proclame seconde patronne de la France en 1922.

Les autres fêtes de Jeanne :

  • 16 janvier :
    Moniale camaldule, Jeanne de Fonte Chiusi sert Dieu au couvent Sainte-Lucie de Bagno, en Toscane. Son biographe nous apprend peu de choses de sa vie mais écrit qu'à l'instant de son trépas, l'an 1105, toutes les cloches de la ville se mettent en branle d'elles-mêmes. Plusieurs miracles sont constatés aussi autour de la tombe de Jeanne.
  • 2 février :
    Catholique comme son père, qui est aussi conseiller au parlement de Bordeaux, Jeanne de Lestonnac souffre beaucoup du comportement de sa mère calviniste, qui fait tout pour la convertir à sa foi. Mais elle est réconfortée par son oncle, Michel de Montaigne, qui écrit qu'en sa nièce "la Nature a logé une princesse dans un magnifique palais". Mariée à Gaston de Montferrand, la belle Jeanne lui donne cinq enfants et se retrouve veuve.
  • 4 février :
    Fille de Louis XI, Jeanne de Valois est mariée d'office (à douze ans) au futur Louis XII (quatorze ans) qui la répudie dès son avènement au trône, en 1498, pour épouser la veuve de Charles VIII. Jeanne se retire à Bourges et, conseillée par saint François de Paule, y fonde un ordre cloîtré, "les annonciades", en l'honneur de la Vierge Marie, le parfait modèle des servantes du Seigneur et celle qui a mérité de donner Dieu au monde. Décédée en 1505 après beaucoup d'épreuves physiques et morales, Jeanne de Valois est canonisée par Pie XII en 1950.
  • 17 août :
    Benjamine d'une famille de douze enfants, Jeanne Delanoue travaille avec sa mère, mercière à Saumur, en Anjou, à la fin du 17e s. Son ouvrage terminé, elle se dévoue auprès des malades, des personnes âgées, des orphelins délaissés et, sa mère décédée, la boutique devient un vrai refuge, bientôt trop exigu. Il faut aménager des grottes, chercher de l'aide et des subsides.
  • 29 août :
    Originaire de Cancale, en Bretagne, Jeanne Jugan est la fille d'un pêcheur. "Dieu me veut pour lui; il me garde en réserve", dit-elle à sa mère en la quittant pour aller travailler à Saint-Servan en 1817. Attentive aux signes du Ciel, docile à la grâce, elle se dévoue auprès des plus démunis de ses proches. L'accueil d'une vieille femme pauvre et infirme dans sa chambre marque, en 1839, un tournant décisif dans la vie de Jeanne.
  • 27 décembre :
    (voir étymologie)
  • 27 décembre :
    (voir étymologie)
  • 27 décembre :
    (voir étymologie)
  • 27 décembre :
    (voir étymologie)
  • 27 décembre :
    (voir étymologie)
  • 27 décembre :
    (voir étymologie)

Ceux qui aiment Jeanne aiment aussi :

Connaissez-vous bien le prénom Jeanne ?

En quelle année le prénom Jeanne a-t-il été le plus populaire?

TOP DES PRÉNOMS 2019
  1. 1. Emma
  2. 2. Louise
  3. 3. Alice
  4. 4. Chloé
  5. 5. Lina
  6. 6. Rose
  7. 7. Léa
  8. 8. Anna
  9. 9. Mila
  10. 10. Mia
  1. 1. Gabriel
  2. 2. Raphaël
  3. 3. Léo
  4. 4. Louis
  5. 5. Lucas
  6. 6. Adam
  7. 7. Arthur
  8. 8. Hugo
  9. 9. Jules
  10. 10. Maël