Personnalité de Clemens

Diplomates, intelligents, tolérants, ils se donnent entièrement pour des causes justes. Actifs et volontaires, ils ne supportent pas l'oisiveté. Hommes de conviction, ils font preuve d'une détermination inébranlable. Esprits équilibrés, optimistes, curieux, on ne s'ennuie pas à leur contact. Ce sont des hommes qui s'épanouissent sur le terrain.

Provenance du prénom Clemens

Forme germanique de Clément. Vient du latin "clemens ", signifie : "indulgent" Se fête le 23 novembre.

Histoire de Clemens

Successeur de Saint Lin, Clément est le quatrième Pape, à la fin du premier siècle. Il eut encore le privilège de connaître Saint Pierre. Saint Clément est mort martyr en 97, après dix années de règne.

Les Clemens célèbres

  • Clémens CLAUDE ou CLAUDIUS : évèque de Turin, Espagnol d'origine, vivait dans le 9' siècle. Il fut dans sa jeunesse disciple de Félix, évèque d'Urgel, qu'il accompagna en France, en Italie et en Allemagne. Il expliqua l'Ecriture sainte dans l'école que Charlemagne avait établie à AixlaChapelle, dans son palais, et qui fut gouvernée, après Alcuin, par un nommé Clément, Irlandais. Claude ayant °beim accès à la cour de Louis le Débonnaire, empe- cul' et roi de France, lut admis au nombre des umôniers et des chapelains de ce prince. Ayant récité à la cour, chose trèsrare à cette époque, il I fit admirer son éloquence et sa connaissance appro- fondie des Ecritures. Pour lui témoigner sa satisfac- Lion, Louis le Débonnaire le nomma en 817 évèque lide Turin ; il mourut en 859. On lui doit plusieurs commentaires sur différentes parties de l'Ancien et du Nouveau Testament, restés presque tous manuscrits à l'exception de l'Exposition de l'Epare aux Galales, qui a été imprimée à Paris en 1542, et des préfaces qu'il a placées en tète du livre du Lévitique et de l'Épitre aux Ephésiens que le P. Mabillon a publiées. Le P. Labbe lui attribue une chronique abrégée et une lettre adressée à l'empereur Charlemagne sur deux éclipses de l'an 810, qui se trouve dans le 10' volume de la collection d'Achéry. Ce prélat trouva dans son diocèse le culte des images porté jusqu'à la superstition ; niais, pour réprimer cet abus, il tomba dans un autre : il lit effacer, briser ou enlever des églises toutes les images et toutes les croix. Théodomir lui reprocha, dans une lettre, cette conduite, et l'évêque iconoclaste lui répondit par un écrit plein de hauteur et de fierté, qu'il intitula Apologie contre Théodomir. Il y attaquait principalement le culte de la croix. Claude osa adresser ce livre à Louis le Débonnaire, qui le fit examiner par les théologiens de son palais, le désapprouva, et en envoya un extrait à Jonas, évèque d'Orléans, pourquail le réfutât. Dungal, moine de StDenis, attaqua les erreurs de Claude; Jonas en fit aussi paraître une réfutation ; tuais Claude était mort à cette époque. Il fut con- damné dans le concile de Paris. On trot qu'il avait aussi renouvelé l'arianisme dans ses derniers ouvrages. Vers ce mème temps, l'hérésie des iconoclasteg prit lin dans l'Orient, environ cent vingt ans abrès qu'elle eut été introduite par l'empereur Léon Isaurien. Claude fut le seul qui soutint cette erreur dans l'Occident. — Un autre CLAUDE, que le P. Labbe croit avoir été aussi évêque de Turin, écrivit en 714 une chronique Juxta hebraicam sacrorum codicum veritatem, qui a été publiée pour la première fois en 1657, dans le 2' vol. de la Nova Bibliotheca ma- nuscript
  • Clemens Brentano : poète et romancier allemand
  • Clemens Krauss : chef d'orchestre autrichien