Prénoms > Prénoms régionaux > A bas les prénoms locaux !

4 / 5 ( 1 votes ) Votre note

Les prénoms régionaux sont-ils morts avec les langues régionales ?

En 1500, on parlait en France plus de six cent vingt langues différentes. En 1999, dans un pays où la langue française était devenue hégémonique, l’Etat signe la charte européenne des langues régionales, s’engageant à en assurer la défense et le maintien. Entre ces deux dates, les langues locales (les patois, disent leurs détracteurs) ont massivement disparu et les prénoms locaux avec.

A bas les prénoms locaux !

A bas les prénoms locaux !

          Si la Convention ne cherche pas particulièrement à mettre à mal les prénoms régionaux, le Consulat y parvient sans le vouloir en rendant obligatoires en 1803 les prénoms « en usage dans les différents calendriers ou portés par des personnages connus de l’histoire ancienne ».

          A première vue, rien ne semble changé puisqu’on avait pris l’habitude, depuis deux ou trois siècles, de donner aux enfants des prénoms de saints. Mais comme le calendrier ne comporte que 365 jours alors que le répertoire exhaustif de l’Eglise catholique compte plus de 40 000 saints, quantités de prénoms, qu’on ne retrouve plus guère que dans les noms de nos villages (Saint-Féréol, Saint-Sauvant, Bourg-Saint-Andéol, Neuilly-Saint-Front, Saint-Maclou, Saint-Ouen, Saint-Malo, pour ne citer que quelques exemples) et que l’on retrouve parfois dans nos arbres généalogiques avant la Révolution, disparaissent totalement après 1803.

          En même temps, imposer un calendrier c’est imposer une langue, car la loi de 1803 précise que les seuls calendriers admis sont « ceux de langue française ». En clair, Vincent garde sa place au calendrier, mais sa variante basque Bixente est éliminée sur tout le territoire de la République. Lucas reste mais pas son équivalent breton Lucaz. Pierre mais pas Pereg. Dominique mais pas Demange. Eustache mais pas Stassinnet. Paul mais pas Pau. Etc. Les prénoms construits dans les langues régionales se trouvent d’office bannis de l’état-civil.

TOP DES PRÉNOMS 2019
  1. 1. Emma
  2. 2. Louise
  3. 3. Jade
  4. 4. Alice
  5. 5. Mila
  6. 6. Chloé
  7. 7. Inès
  8. 8. Lina
  9. 9. Léa
  10. 10. Léna
  1. 1. Gabriel
  2. 2. Louis
  3. 3. Raphaël
  4. 4. Léo
  5. 5. Adam
  6. 6. Jules
  7. 7. Lucas
  8. 8. Mael
  9. 9. Hugo
  10. 10. Liam