Prénoms et poèmes


A lire : L'Encyclopédie des Prénoms



L’amour transforme le prénom de l’être aimé en un mot unique qui chante, qui danse dans la tête et le cœur et qui se mêle à la rime dès qu’on écrit quelques vers… De tous temps, les poèmes ont ainsi porté dans leurs strophes les prénoms des belles. Le vôtre s’y trouve-t-il ?

Laureta, Cassandre, Marie, Hélène, Délie…

Prénoms et poèmes

Impossible de tout citer bien sûr, on ne peut que picorer des exemples d’un siècle ou de l’autre…

Pétrarque écrivait un Badinage sur le nom de Laureta pour la Laure qu’il aimait et jouait sur les sons, découpant les syllabes du prénom pour les glisser de façon visible dans chaque phrase.
Grand amoureux, Ronsard a chanté tour à tour Cassandre, Marie et Hélène dans ses sonnets. Cassandre est celle pour laquelle il a écrit son fameux Mignonne, allons voir si la rose… Son contemporain Maurice Scène a mis sa Délie en rimes.




Elvire, Marie, Elsa, Clara, Éléonore…

Prénoms et poèmes

Plus près de nous, Lamartine a sauvé en vers le souvenir d’Elvire, morte dans les Alpes, Guillaume Apollinaire célèbre en poème Clotilde qui part (Passe il faut que tu poursuives Cette belle ombre que tu veux) et Marie qui doit venir (Oui je veux vous aimer mais vous aimer à peine Et mon mal est délicieux).

Francis Jammes est quant à lui le poète de toutes les femmes qui l’ont inspiré ou qu’il a aimées. Dans l’une de ses œuvres, il lie leurs noms dans une même strophe, mêlant prénoms réels (Clara, Éléonore, Victoire, Laure, Lia, Blanche, Rose et Sylvie) et noms inventés.

Aragon a chanté son amour fou pour Elsa : Cantique à Elsa (on chante l’être aimé comme une divinité), Les yeux d’Elsa…
… Elsa qu’il faut apprendre à dire désormais
Elsa qui semble fait d’un battement des cils
Elsa plus doux que n’est Avril…

Jacques Prévert évoque le coup de cœur qu’il eut pour une Barbara aperçue quelques instants dans une rue de Nantes, Toi que je ne connaissais pas, Toi qui ne me connaissais pas…

Corps et biens

Prénoms et poèmes

Finissons avec un joli poème de Robert Desnos, Infinitif, où l’amour et les prénoms se font devinette. Saurez-vous trouver la surprise cachée dans les vers ?

Y mourir ô belle flammèche y mourir
voir les nuages fondre comme la neige et l’écho
origines du soleil et du blanc pauvres comme Job
ne pas mourir encore et voir durer l’ombre
naître avec le feu et ne pas mourir
éteindre et embrasser amour fugace le ciel mat
gagner les hauteurs abandonner le bord
et qui sait découvrir ce que j’aime
omettre de transmettre mon nom aux années
rire aux heures orageuses dormir au pied d’un pin
grâce aux étoiles semblables à un numéro
et mourir ce que j’aime au bord des flammes.

Avez-vous trouvé ? En fait, la dernière lettre de chaque vers forme le prénom et le nom du poète (Robert Desnos), tandis que la première lettre de chacun donne le prénom et le nom de celle qu’il aime (Yvonne George). À vous d’essayer maintenant avec le nom de celle ou de celui que vous aimez…


Texte : Marie-Odile Mergnac






Les secrets des prénoms
Origine, popularité, personnalité.

Entrez Votre Prénom :    

Vos questions et réponses sur Recettes et Tours de main